À QUOI RE­CON­NAÎT-ON UN BON ROU­TIER ?

Stylist - - Lifestyle -

Au sum­mum dans les an­nées 50, les rou­tiers sont bou­dés par les au­to­mo­bi­listes la dé­cen­nie sui­vante, construc­tion des au­to­routes oblige. Pour Isa­bel Brancq-le­page, au­teure du beau livre de re­cettes

Les Rou­tiers (éd. Ta­na en 2015), « le rou­tier, c’est le ter­roir, c’est la fa­mille (un peu comme Fast&fu­rious, ndlr). Mais tous les res­tau­rants de route n’ont pas le la­bel rou­tier car ils re­fusent de payer un abon­ne­ment pour avoir la li­cence et fi­gu­rer dans le guide des re­lais rou­tiers. Pour­tant, on trouve des res­tos la­bel­li­sés rou­tiers, même à Pa­ris, alors qu’au­cun poids lourds n’y cir­cule. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.