SÉ­RIE ET POUR QUELQUES BPM DE PLUS

Stylist - - Culture -

Pas de meilleur moyen de fê­ter les 5 ans du ma­riage pour tous qu’en rap­pe­lant que ça n’a pas tou­jours été la teuf.

Sous le ciel un peu morne de la pro­duc­tion sé­rie fran­chouille, heu­reu­se­ment, par­fois, il y a des pro­jets comme Fier­tés. Trente ans de luttes pour les droits des ho­mo­sexuels ra­con­tés par le prisme d’une sa­ga in­ti­miste, tout ça fil­mé par Phi­lippe Fau­con, le plus vis­cé­ra­le­ment na­tu­ra­liste des réa­li­sa­teurs fran­çais

(Fa­ti­ma). De la dé­pé­na­li­sa­tion de l’ho­mo­sexua­li­té au Pacs puis au ma­riage pour tous, trois temps de la vie de Victor (Sa­muel Theis), sa re­la­tion avec son père (Fré­dé­ric Pier­rot), son dé­sir de fon­der une fa­mille, dé­filent comme le por­trait d’un pays qui change et tâche de conti­nuer à se re­con­naître. Sur­tout, la sé­rie fait vio­lem­ment res­sen­tir à ceux qui l’avaient peut-être ou­blié à quel point les lois et les dis­cours pé­trissent des quo­ti­diens, pointent du doigt des ano­nymes. Sans ma­ni­chéisme, gon­flé de pu­deur, Fier­tés re­met les pen­dules de l’his­toire à l’heure de l’in­time. R.C. Fier­tés de Phi­lippe Fau­con avec Sa­muel Theis, 3 x 45 min., Arte.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.