M2O 2013

VÉ­RI­TABLE POINT CULMI­NANT DE LA SAI­SON HA­WAÏENNE ES­TI­VALE DE SUP- RACE, LA TRA­VER­SÉE MO­LO­KAI 2 OA­HU EST SANS AU­CUN DOUTE LA COURSE LONGUE DIS­TANCE LA PLUS DIF­FI­CILE ET PRES­TI­GIEUSE AU MONDE. ALORS QUE TOUS LES RE­GARDS ÉTAIENT NA­TU­REL­LE­MENT FIXÉS CETTE ANN

SUP - - Sommaire - _TEXTE : LAURENT NEVAREZ

En haut : Ce n’est qu’à un mile de l’ar­ri­vée, au pied de Chi­na Wall que Tra­vis Grant réa­lise qu’il est en tête.

En ce der­nier di­manche de juillet, une cen­taine de SUP-ri­deurs se re­trouvent avec les meilleurs padd­le­boards au monde, pour af­fron­ter les 32 miles (52 km) du re­dou­table Ka’iwi chan­nel sé­pa­rant les îles de Mo­lo­kai et Oa­hu dans l’ar­chi­pel ha­waïen. Ba­layé d’or­di­naire ré­gu­liè­re­ment par les ali­zés et la houle puis­sante du Pacifique en cette sai­son, les condi­tions du jour sont dif­fi­ciles à pré­voir mais laissent es­pé­rer un vent d’Est se ren­for­çant dans la jour­née. Dès le coup de trompe, Kai Len­ny et Con­nor Bax­ter dé­marrent en trombe et af­firment leurs in­ten­tions de vic­toire. Con­trai­re­ment à la plu­part des courses où les ri­deurs res­tent re­grou­pés sur un même par­cours, la tra­ver­sée M2O fait ap­pel à une stra­té­gie de na­vi­ga­tion en plus de la per­for­mance phy­sique. Elle im­pose aux cou­reurs (as­sis­tés de leurs ba­teaux ac­com­pa­gna­teurs) de choi­sir le bon iti­né­raire avec par­fois plu­sieurs miles d’écart la­té­ral entre eux. Tan­dis que le Ca­li­for­nien Dan­ny Ching et l’en­semble de par­ti­ci­pants se dé­ploient sur l’eau avec l’île d’Oa­hu dans le vi­seur, Tra­vis Grant opte pour une route lé­gè­re­ment plus nord que la nor­male. De l’autre co­té, les Ha­waïens Kai Len­ny et Con­nor Bax­ter sur­prennent tout le monde et mettent le cap beau­coup plus au sud mi­sant avec leur en­tou­rage très ex­pé­ri­men­té sur un chan­ge­ment mé­téo. Le vent an­non­cé peine à se le­ver et les 10 pe­tits noeuds res­sen­tis gé­nèrent des bumps trop ti­mides pour être vé­ri­ta­ble­ment ex­ploi­tés par les ri­deurs même en planches un­li­mi­ted (17-18’ en­vi­ron). Sur ce plan d’eau très col­lant et lé­gè­re­ment vrillé par un reste de houle de la veille, les cou­reurs sont mis à rude épreuve et doivent comp­ter sur leur phy­sique bien plus que sur leur ex­pé­rience en down­wind. Tan­dis qu’au sud, tous les mé­dias sont fo­ca­li­sés sur la lutte achar­née entre Kai

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.