2. AT­TRA­PER UNE VAGUE ET LA SUR­FER JUS­QU’AU BOUT

SUR­FER DES VAGUES POUR RE­GA­GNER LE RI­VAGE EST UNE FA­CETTE IN­CON­TOUR­NABLE DE NOM­BREUSES BEACH RACES COMME LA MY­THIQUE BAT­TLE OF PADDLE. UNE FOIS DE PLUS LES CHOSES SONT BEAU­COUP MOINS ÉVI­DENTES EN 12’ 6 QU’EN PLANCHE DE SUP- SURF TRA­DI­TION­NELLE : LA LONGUE

SUP - - Pedago -

Lorsque vous ra­mez vers le ri­vage dans une zone où cassent des vagues, il convient d’être bien po­si­tion­né par rap­port à leur dé­fer­le­ment (ni trop tôt, ni trop tard). Il peut être par­fois ju­di­cieux d’at­tendre une vague qui ap­proche plu­tôt que de conti­nuer à avan­cer et ris­quer de par­tir trop tard puis tom­ber. Il convient de bien an­ti­ci­per la vague qui va vous em­por­ter d’un coup et ne pas se faire sur­prendre, bien se pla­cer en po­si­tion surf sur l’ar­rière de votre planche, très grou­pé avec la pa­gaie en ap­pui si pos­sible sur l’eau de­vant vos or­teils pour vous équi­li­brer et vous ai­der à di­ri­ger. Bien plus qu’en SUP-surf, votre pla­ce­ment sur la planche doit être to­ta­le­ment sur le ¼ ar­rière, une zone de contrôle op­ti­mal vous per­met­tant de di­ri­ger la planche (via l’ai­le­ron cen­tral et le rail ar­rière mar­qué d’edge) et de sou­le­ver le grand nose ten­du pour évi­ter qu’il ac­croche et vous fasse tom­ber. Sur une grosse vague le take off est un mo­ment clé et s’il est très pré­coce et que vous par­tez de loin avant que la vague ne soit trop raide, c’est plus simple. Une fois par­ti sur la vague et bien des­cen­du, lorsque l’on ar­rive sur le plat en de­van­çant la vague, il est pri­mor­dial d’an­ti­ci­per et de conser­ver sa vi­tesse en ra­mant pour ne pas se re­trou­ver à l’ar­rêt, sus­cep­tible de se faire faucher par la mousse qui ar­ri­ve­rait d’un coup. Sur cer­taines confi­gu­ra­tions de vagues, il peut être très ju­di­cieux de sur­fer les vagues de tra­vers (comme en SUP-surf) afin d’op­ti­mi­ser son pla­ce­ment sur le par­cours et maxi­mi­ser sa glisse sur la vague ex­ploi­tée sur la plus grande dis­tance pos­sible. Quoi qu’il en soit, il est pri­mor­dial de bien lire la vague sur­fée pour ain­si ré­agir de ma­nière très ef­fi­cace au moindre chan­ge­ment de rythme en al­ter­nant les phases de rame lors­qu’une sec­tion molle ar­rive et les phases de re­pos lorsque vous glis­sez sans ef­fort. En ef­fet, ces mo­ments de glisse sont au­tant d’oc­ca­sions in­dis­pen­sables pour re­prendre son souffle, dé­tendre les bras et le cou et même s’hy­dra­ter via le tuyau de votre ca­mel­bak.

Par­ta­geant la même vague les ri­deurs Mar­tin Le­tour­neur, Greg Clo­sier

et Yoann Cor­ne­lis pro­fitent d’un mo­ment de glisse pour re­prendre leur souffle avant de s’af­fron­ter de nou­veau sur le reste du par­cours.

Ci-des­sous : Après une rame to­nique pour at­tra­per la vague, Greg Clo­sier bien pla­cé sur le tail de sa planche en po­si­tion surf très flé­chie, as­sure la des­cente dans la

pente en main­te­nant le nose de sa planche le­vé.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.