SÃO MI­GUEL, UNE ÎLE PLEINE DE VIE

SUP - - Spots D’europe -

96 VOLS

Plu­sieurs vols par jour de­puis Lis­bonne à Ponta Del­ga­da, avec les com­pa­gnies aé­riennes low cost. Mé­fiez-vous des fran­chises ba­gage avec Ryan Air au maxi­mum 23 kg, et avec Ea­syjet 32 kg.

LO­CA­TION DE VOI­TURE

Ce n’est pas for­cé­ment don­né, mais vu le prix du vol ça com­pense! Une voi­ture est in­dis­pen­sable pour pro­fi­ter de l’île, dé­cou­vrez tous les coins et profitez tou­jours d’être au bon en­droit, au bon mo­ment.

SAI­SON

En hi­ver, la houle pré­do­mi­nante est plu­tôt nord, en été ma­jo­ri­tai­re­ment sud. Mais ce­la n’est pas fi­gé, le mieux est d’y al­ler avec les pré­vi­sions météo.

OÙ DOR­MIR

Il y a des mai­sons de lo­ca­tion, des pen­sions et des hô­tels pour tous les goûts et tous les prix. Notre pré­fé­rence, si vous y al­lez pour la dé­tente, est au sud, près de Ca­lou­ra. Pour être plus ra­pi­de­ment là où vous le sou­hai­tez (ou pour chas­ser les vagues !), choi­sis­sez la ville pour être près de l’au­to­route, le mieux étant Ponta Del­ga­da. Ri­bei­ra Grande est éga­le­ment un très bon choix, à cô­té de spots de surf dans le nord et bien re­liée, c’est la deuxième plus grande ville de l’île, l’an­cienne ca­pi­tale, avec de belles fa­çades et de belles rues.

OÙ MAN­GER

Quin­ta de Açores est un fast-food lo­cal uti­li­sant seule­ment des in­gré­dients bio­lo­giques et de qua­li­té, c’est ex­cellent ! Vous pou­vez éga­le­ment es­sayer le Tu­ka Tu­la, pour man­ger juste en face du spot de surf de San­ta Bar­ba­ra. De ma­nière gé­né­rale, es­sayez les bars lo­caux, le pois­son, la viande et le fro­mage se­ront tou­jours un bon choix.

CLI­MAT ET TEM­PÉ­RA­TURES

Au prin­temps, la météo est bonne, mais pre­nez votre shor­ty. L’eau est fraîche en par­ti­cu­lier dans les cra­tères et les la­goas. Ce­pen­dant, l’avan­tage de ne pas y al­ler en été est très in­té­res­sant, vous pour­rez pro­fi­ter des pro­me­nades éton­nantes au­tour des lieux sans les tou­ristes ! Si vous pré­voyez de pa­gayer dans les La­goas, pré­voir des vê­te­ments plus chauds si c’est nua­geux, pen­sez au mi­cro­cli­mat frais.

À NE PAS MAN­QUER

Les sources ther­males Fer­ra­ria et Cal­dei­ra Vel­ha res­tent des lieux in­con­tour­nables. Chaque re­coin de São Mi­guel est vi­vant et res­pire à son propre rythme.Les fo­rêts ne peuvent pas être plus luxu­riantes et ver­doyantes, les fa­laises s’élèvent de la mer jus­qu’au ciel, les fleurs sau­vages co­lorent les champs et, col­line après col­line, les che­mins des­sinent des courbes entre les vil­lages peu­plés de mai­sons co­lo­niales mul­ti­co­lores. Chaque bour­gade a son église dé­pas­sant de l’ho­ri­zon, pas tou­jours im­mense, mais si su­blime avec une construc­tion si ty­pique en roches noires vol­ca­niques. Les nuages tra­versent le ciel, char­gés et puis­sants, puis se bloquent sou­vent sur les som­mets les plus éle­vés, ajou­tant une at­mo­sphère dra­ma­tique sup­plé­men­taire aux lieux. Sur notre route, nous sommes sur­pris par de minces co­lonnes de fu­mée blanche sor­tant de la fo­rêt ou entre les mai­sons. Ces points chauds ou gey­sers sont une nou­velle preuve de l’ac­ti­vi­té si in­tense de la terre de São Mi­guel. À de nom­breux en­droits de l’île, ils ré­chauffent les ri­vières, les la­gunes et même l’océan, per­met­tant même la construc­tion des bains chauds na­tu­rels pour les ha­bi­tants. À Fur­nas, nous avions du mal à en croire nos yeux en aper­ce­vant dans les rues de l’eau chaude sor­tir de cer­tains murs par des ro­bi­nets. Ces points d’eau sont des lieux de ren­dez-vous où les ha­bi­tants viennent rem­plir leurs bou­teilles ou leurs mugs pour faire du thé ou du ca­fé. Mal­gré cette forte sa­veur de fer, cette eau ther­male au­rait se­lon eux de nom­breuses pro­prié­tés bé­né­fiques pour la san­té.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.