Safe : la nou­velle sé­rie po­li­cière d’Har­lan Co­ben

Qui dit Har­lan Co­ben dit obli­ga­toi­re­ment dis­pa­ri­tions et sus­pense in­sou­te­nable. Et avec Safe, sa nou­velle créa­tion ori­gi­nale, on plonge im­mé­dia­te­ment dans une am­biance des plus in­quié­tantes.

TÉLÉMAGAZINE - - SOMMAIRE - PAR MAR­TINE TOUHET

Après quelques adap­ta­tions de ses ro­mans à la té­lé­vi­sion comme Une chance de trop ou Juste un re­gard, l’au­teur de ro­mans po­li­ciers et scé­na­riste Har­lan Co­ben s’est lan­cé une nou­velle fois dans la créa tion ori­gi­nale avec Safe (la pre­mière était The Five en 2016). « C’est une sé­rie très in­ter­na­tio­nale. Il y a une star amé­ri­caine, Mi­chael C. Hall, une Bri­tan­nique, Aman­da Ab­bing­ton, et une Fran­çaise, Au­drey Fleu­rot. Ce­la parle d’une com­mu­nau­té fer­mée, avec des murs qui pro­tègent des me­naces ex­té­rieures, mais pas de celles qui viennent de l’in­té­rieur. Je suis très im­pa­tient de la mon­trer. Je pense que c’est ma meilleure sé­rie », dé­clare Har­lan Co­ben. Si en France, on peut la voir ex­clu­si­ve­ment sur C8, dans le reste du monde, la sé­rie se­ra dis­po­nible sur Net­flix dès le 10 mai. Safe ra­conte l’his­toire de Tom, un chi­rur­gien veuf qui vit dans une com­mu­nau­té res­treinte ou rien n’ar­rive ja­mais… Jus­qu’à ce que sa fille ado­les­cente dis­pa­raisse. Dans sa re­cherche pour la re­trou­ver, il com­prend qu’il ne connaît pas réel­le­ment ceux qui l’en­tourent. Des proches

« JE JOUE UN MON­SIEUR TOUT LE MONDE À QUI IL AR­RIVE DES CHOSES FOLLES » MI­CHAEL C. HALL

qui cachent tous de sombres se­crets. Cet homme en plein cauchemar est in­ter­pré­té par Mi­chael C. Hall, plus con­nu pour avoir in­car­né le tueur en sé­rie Dex­ter et pour avoir prê­té ses traits à JFK dans la sé­rie The Crown sur Net­flix. « Je joue un mon­sieur tout le monde, à qui il ar­rive des choses folles. J’ai ac­cep­té parce que le scé­na­rio est ex­cellent : il mé­lange drame fa­mi­lial et re­la­tions psy­cho­lo­giques de plu­sieurs ordres très com­pli­quées, comme le men­songe, la tra­hi­son… », pré­cise l’ac­teur. Har­lan Co­ben a dé­jà prou­vé qu’il ap­pré­ciait beau­coup les ac­trices fran­çaises. Après Alexan­dra La­my et Vir­gi­nie Le­doyen, c’est au tour d’Au­drey Fleu­rot de jouer dans l’un de ses thril­lers ma­chia­vé­liques. On y re­trouve l’ac­trice dans la peau de Zoé, une pro­fes­seure de fran­çais qui cache bien des choses. Et même si elle semble in­car­ner l’in­no­cence, on en­tre­voit chez elle un cô­té bien plus sombre. « J’aime les per­son­nages troubles et co­riaces qui sont plu­tôt loin de ma vraie na­ture, dit Au­drey Fleu­rot. J’aime qu’on y croie, qu’on pense que je suis ain­si ! ». Comme à son ha­bi­tude, Har­lan Co­ben en­tend bien nous sur­prendre avec sa nou­velle sé­rie. On n’en doute pas vrai­ment. Lui non plus d’ailleurs : « Je vous pro­mets que vous ne pour­rez dé­cou­vrir qu’à la fin des 8 épi­sodes la ré­vé­la­tion des énigmes et je suis sûr que vous n’au­rez rien de­vi­né avant le der­nier soir ! », dit-il.

« JE SUIS SÛR QUE VOUS N’AU­REZ RIEN DE­VI­NÉ AVANT LE DER­NIER SOIR » HAR­LAN CO­BEN

MI­CHAEL C. HALL ET AU­DREY FLEU­ROT

AMAN­DA ABBINGTON MI­CHAEL C. HALL

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.