CONCOURS

Mon plus beau Noël : les fêtes de fin d’an­née avant l’heure

TÉLÉMAGAZINE - - SOMMAIRE - PAR FRÉ­DÉ­RIC JARREAU

Les pas­sion­nés de Noël sont una­nimes : il n’est ja­mais trop tôt pour s’y mettre. C’est aus­si le cre­do de Va­lé­rie Da­mi­dot, qui va ar­bi­trer le match que vont se li­vrer quatre fa­milles chaque se­maine. Leur dé­fi : or­ga­ni­ser le plus beau et le plus magique des Noël. « Ce sont les Amé­ri­cains, qui sont fous de dé­co­ra­tion. En dix ans de D&CO, je peux vous dire qu’à part deux ou trois Père Noël sus­pen­dus à des bal­cons, je n’ai pas vu grand-chose chez les Fran­çais qui m’ont ac­cueillie ! », as­sure l’ani­ma­trice. Le prin­cipe de l’émis­sion est simple : du lun­di au jeu­di, les duos se re­çoivent les uns chez les autres à tour de rôle… avant l’heure de vrai­ment par­ta­ger le ré­veillon. C’est donc toute la tra­di­tion de Noël qui est ici évo­quée et éva­luée. Plu­sieurs cri­tères entrent en ligne de compte pour dé­par­ta­ger les can­di­dats : la dé­co­ra­tion et le sa­pin de Noël, mais aus­si tout l’amé­na­ge­ment de la mai­son… Sans ou­blier le re­pas, et en­fin l’es­prit de Noël. « Par­fois, on n’aime pas la fa­çon dont est dé­co­rée la mai­son, mais on ap­pré­cie l’es­prit qui s’en dé­gage », pré­cise l’ani­ma­trice. Pa­tience, donc, jus­qu’au ven­dre­di, le jour de la grande fi­nale de la se­maine, au mo­ment où les duos at­tri­buent une der­nière note… qui pour­ra cham­bou­ler le clas­se­ment fi­nal !

UNE ÉMIS­SION POUR TOUS

Le dan­ger de ce genre de pro­gramme est d’être dans la mo­que­rie ou l’in­di­gna­tion per­ma­nente. « Les can­di­dats ne sont pas si mé­chants que ça, as­sure- t- elle. En fin de par­tie, ils s’échangent même leurs bons plans ! » Ce qui n’ex­clut pas quelques re­marques par­fois in­dé­li­cates. « On est tous un peu comme ça en sor­tant d’un re­pas de chez quel­qu’un », confie l’ani­ma­trice qui, à titre per­son­nel, se sou­vient de cer­tains Noël pas­sés en fa­mille. « Je suis d’une gé­né­ra­tion où les pa­rents étaient des post-soixante hui­tards, ils n’étaient pas très bran­chés “Noël”. Il ne fal­lait pas ren­trer dans le jeu des ca­pi­ta­listes. C’est donc toute la tra­di­tion de Noël qui est ici évo­quée et éva­luée » , ajoute- t- elle. Pour­tant comme d’autres, elles s’y est re­mise. Quel bi­nôme au­ra ob­te­nu la meilleure moyenne et qui va rem­por­te­ra la somme de 4 000 eu­ros ? C’est tout l’ob­jet de l’émis­sion… qui, comme l’an der­nier, de­vrait plaire à toutes les gé­né­ra­tions. De quoi main­te­nir le mo­ral de Va­lé­rie au beau fixe. Tou­jours mo­ti­vée pour re­faire un jour D&CO, elle lance dans quelques jours son site In­ter­net www.va­le­rie­da­mi­dot.fr, un conden­sé d’as­tuces et de bri­co­lage, avec des re­por­tages en ré­gions. Pour un brillant ré­sul­tat !

Va­lé­rie Da­mi­dot ré­serve de belles sur­prises à l’oc­ca­sion de la deuxième sai­son de son émis­sion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.