Les bé­né­voles du fes­ti­val

Tatouage Magazine - - Festival -

Une des réus­sites du Hell­fest est la pré­sence mas­sive et l’im­pli­ca­tion des bé­né­voles dans le bon dé­rou­le­ment du fes­ti­val. Der­rière un des nom­breux bars, aux stands de merch, à l’ac­cueil des ar­tistes, au ra­mas­sage des or­dures ou de­vant les bar­rières, il y en a par­tout. De 250 la pre­mière an­née, i l s sont main­te­nant 1 500, de tous âges (37 ans en moyenne) et de tous ho­ri­zons. Beau­coup sont des fi­dèles et ne ra­te­raient le Hell­fest pour rien au monde, comme Ly­die et Cé­drig, pré­sents pour leur 4e édi­tion et dé­jà croi­sés l’an­née der­nière. For­cé­ment, ils sont ta­toués et fans de cet art. Car chez les bé­né­voles comme chez les fes­ti­va­liers et les mu­si­ciens, l’encre est as­sez ré­pan­due. « Nous ado­rons re­gar­der les tat­toos des autres, ra­conte Ly­die, et bien sou­vent nous re­con­nais­sons la patte de tel ou tel ta­toueur. C'est un peu comme “Où est Char­lie” ! » Il y a aus­si de nou­velles têtes comme Cé­dric, le fa­meux Che­va­lier Li­queur de son nom de poète, ha­bi­tué du fes­ti­val mais bé­né­vole pour la pre­mière fois, qui a com­men­cé à se faire ta­touer après une ren­contre avec une fu­ture ta­toueuse, ou en­core Ar­thur, 25 ans et dé­jà bien cou­vert :

« J’ai com­men­cé par faire un pe­tit ta­touage en me di­sant “

Le fa­meux Che­va­lier Li­queur.

Ar­thur et son « pe­tit » ta­touage.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.