# KohnLeDes­truc­teur

Par­don, mais on ne dé­lo­ca­li­se­ra pas à Bar­ce­lone, on gar­de­ra nos vi­giles côte d’azur, nos jo­lies ca­goles et nos in­imi­tables chauf­feurs de taxi. Cannes, c’est chez nous, un point c’est tout.

Technikart - SuperCannes - - News -

Le nou­veau rè­gle­ment est là pour le prou­ver La nou­velle règle du jeu (ap­pli­cable seule­ment en 2018) veut que, pour pré­tendre rem­por­ter la Palme d’Or, les films sé­lec­tion­nés en com­pète doivent dé­sor­mais « s’en­ga­ger » (lire les guille­mets comme des points d’in­ter­ro­ga­tion) à sor­tir dans les salles fran­çaises. Un bi­douillage po­li­ti­co-po­li­ti­cien qui a rap­pe­lé op­por­tu­né­ment que Cannes, tout « Fes­ti­val in­ter­na­tio­nal du film » qu’il est, reste d’abord un bar­num fran­çais (et pu­blic), qui n’a pas in­té­rêt à se fâ­cher avec les ex­ploi­tants d’ici. Une dé­ci­sion dif­fi­cile à ex­pli­quer aux pro­fes­sion­nels étran­gers (on a es­sayé : com­prennent rien), mais qui a été va­li­dée hier par la po­si­tion de Pe­dro en conf’ de presse (ap­pli­cable dès 2017). C’est Des­ple­chin, Gains­bourg et Co­tillard qui lancent les hos­ti­li­tés Su­jet d’in­com­pré­hen­sion pour une grande par­tie de la presse in­ter, les films d’Ar­naud Des­pleu­chin (on change l’or­tho­graphe pour s’as­su­rer de votre pro­non­cia­tion) sont le plus fran­co-fran­çais des phé­no­mènes fran­co-fran­çais. Pla­cer Les Fan­tômes d’Is­maël en ou­ver­ture, re­vient à af­fir­mer que c’est aus­si ce par­fum fren­chy que le monde vient hu­mer à Cannes : l’ac­teur fran­çais qui joue si bien les french di­rec­tor’s (Amal­ric), la su­per­star que le monde nous en­vie (Co­tillard), une ac­trice au pa­tro­nyme aus­si my­thique que La­fayette (Char­lotte). C’est la grosse bagarre dans l’Eu­ros­tar (Li­bé adore, The Guar­dian dé­teste, Technikart compte les points). La fête a com­men­cé. 67 fiLMS ONT DES CAPITAUX fran­çais ! Des Ri­cains qui nous en­gueulent parce qu’on fume en ex­té­rieur, d’autres Ri­cains qui fument de gros ci­gares sur la plage du Ma­jes­tic, des Ira­niens qui font du film noir (Lerd, à Un Cer­tain re­gard, à vé­ri­fier ce ven­dre­di), des vi­giles ni­çois qui vous disent « sto­peuh here, pli­zeuh seur ! », Cannes reste un joyeux sa­lad bowl dans les rues et sur les ter­rasses. Dans les salles, en re­vanche, c’est la fies­ta des co­prods avec des beaux eu­ros fran­çais de­dans, grâce au CNC que le monde nous en­vie. Soixante-sept, toutes sec­tions confon­dues (on a en­ten­du ce chiffre quelque part, nos fact che­ckers n’ont pas dé­men­ti). A vue de nez, le re­cord his­to­rique ne doit pas être loin.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.