AU­JOURD’HUI DANS LE PO­DIUM

NOS IN­TER­VIEWS MANQUÉES

Technikart - SuperCannes - - Fake News -

PIERRE LES­CURE

C’était notre gosse interview du pré­cé­dent nu­mé­ro. Au­cun angle mais un spot ins­ti­tu­tion­nel (son bu­reau au 3eme étage du bun­ker) ,une at­ta­chée de presse su­pra ré­ac­tive (la très pro, Ni­cole Pe­tit) et un ren­dez vous ma­ti­nal. Et puis sept mi­nutes avant l’en­tre­tien, Ni­cole stoppe net notre ren­contre avec le boss (« pas le temps, toutes nos ex­cuses, une réunion avec la sé­cu­ri­té » Ni­cole sait comp­ter ses mots). Plus tard dans la jour­née ? « Im­pos­sible ». De­main ? « Com­pli­qué ». Un autre jour avant la fin du fes­ti­val ? « Je vous rap­pe­le­rai ». Ni­cole, nous sommes tout ouie.

MATHIEU AMAL­RIC

C’était notre grosse interview du jour. Un bon angle (lui et la mu­sique), un bon spot (la plage du ma­jes­tic) et un at­ta­ché de presse ami (« Tiens, Technikart ! vous ve­nez foutre le bor­del ? »). On nous de­mande ce qu’on pense du film (pas que du bien). Et bi­zar­re­ment, les choses traînent en­core plus, Amal­ric passe dix fois de­vant nous, évite nos re­gards sup­pliants, avant que la sen­tence ne tombe – plus le temps dé­so­lé, rien à voir avec le fait que vous n’ai­miez pas le film hein ; il doit juste par­tir pour sa mon­tée des marches. Il est 16h45. Un plan B ?

AN­DREI ZVIA­GUINT­SEV

On nous pro­pose d’ac­com­pa­gner le sur­doué russe An­dreï Zvia­guint­sev dans une voi­ture du Fes­ti­val, di­rec­tion le pho­to­call de son film, lui, nous et une tra­duc­trice sur la ban­quette, à l’abri des vitres tein­tées. OK, on signe. On n’avait pas réa­li­sé qu’il ne fal­lait que 2 mi­nutes pour al­ler de la tente Uni­france au Pa­lais. Le temps de po­ser, une ques­tion et de­mie. On fi­ni­ra au bord de la route, notre dic­ta­phone en main et la queue entre les jambes. L’ami Zvia­gui a à peine le temps de nous je­ter un sou­rire dé­so­lé avant de dis­pa­raître.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.