SPIKE LEE

Son pre­mier long mé­trage No­la Dar­ling lui a va­lu le Prix de la jeu­nesse, Do the Right Thing est pas­sé à peu de la Palme et il re­vient sur la Croi­sette avec Rod­ney King, qu’il a pro­duit pour Net­flix. Spike Lee nous dit pour­quoi il aime Cannes, et la France

Technikart - SuperCannes - - Welcome to Cannes - Photo : Gilles Pe­ti­pas

Quelle est la rai­son de votre pré­sence au 70e an­ni­ver­saire du Festival de Cannes ? Je suis ici avec l’ac­teur Ro­ger Guen­veur Smith pour pré­sen­ter Rod­ney King, un film sur un Afro-Amé­ri­cain roué de coups par des po­li­ciers à Los An­geles et les émeutes qui ont sui­vies en 1991. À l’époque, ce scan­dale avait fait le tour du monde... Et c’est un vé­ri­table hon­neur d’être là pour dé­fendre notre cause dans le pays des libertés ! Quel est votre meilleur sou­ve­nir de Cannes ? Cannes, pour moi, ce ne sont que des bons sou­ve­nirs même si, en 1989, Do

the Right Thing n’a pas rem­por­té la Palme d’or. Plu­sieurs membres du ju­ry ai­maient le film mais pas le pré­sident Wim Wen­ders. Je lui en ai long­temps vou­lu et puis je me suis dit qu’il était temps de par­don­ner quand il a fait

Bue­na Vis­ta So­cial Club avec nos ca­ma­rades cu­bain. Mais j’ai en­ten­du qu’il ar­ri­vait mar­di et moi je pars ce jour-là : Auf Wie­der­se­hen Wim ! (Rires) Quelle est votre ac­tua­li­té ? Je suis ac­tuel­le­ment en post-pro­duc­tion pour la sé­rie ins­pi­rée de mon film

No­la Der­ling, qui se­ra dif­fu­sée par Net­flix. C’est un nou­vel ac­teur du mar­ché qui donne la pa­role à des ar­tistes que les grands stu­dios ne sou­tiennent plus. Et je suis aus­si ici au Pa­villon amé­ri­cain pour cé­lé­brer le bi­cen­te­naire de la mort de Fre­de­rick Dou­glass, un esclave né dans le Ma­ry­land, qui a fi­ni en homme libre a Wa­shing­ton DC ! Si le pré­sident de la Ré­pu­blique, Emmanuel Ma­cron, vous ap­pelle et vous pro­pose un poste d’am­bas­sa­deur pour re­pré­sen­ter la France dans le monde, quel pays choi­sis­sez­vous ? Je choi­si­rais les États-Unis, c’est là que j’ai tous mes amis. Mais j’adore la France, et par­ti­cu­liè­re­ment le Sud. L’es­prit fran­çais, pour vous, en quelques mots, c’est ? Pour moi la France c’est la li­ber­té, l’éga­li­té, la fra­ter­ni­té. C’est ce qui a ins­pi­ré la culture de mon pays, l’Amé­rique. Nous ne re­mer­cie­rons ja­mais as­sez la France du bien qu’elle a fait pour notre pays, et au le monde. C’est un vé­ri­table hon­neur d’être ici avec vous sous ce dra­peau bleu blanc et rouge.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.