Neil ou Elle

Ré­flexion mé­ta sur la jeu­nesse de l’au­teur star Neil Gai­man ? Ode à la beau­té alien d’Elle Fan­ning ? Le très camp How to Talk to Girls at Par­ties marche dans les deux sens.

Technikart - SuperCannes - - News - FRÉ­DÉ­RIC FOUBERT

En 1977, Neil Gai­man n’avait pas en­core écrit Sand­man, ni Ame­ri­can

Gods, et n’était donc pas de­ve­nu l’un des hé­rauts geek les plus in­fluents de la pla­nète, se conten­tant de jouer avec ses co­pains dans un groupe de punk-rock. Mu­ni de ce mi­nus­cule in­dice bio­gra­phique, le spec­ta­teur de How to

Talk to Girls at Par­ties ( HTTTGAP) n’a be­soin que de trente se­condes pour com­prendre que le lad bou­ton­neux qui si­rote ici ses pre­mières pintes en écou­tant les Dam­ned est une ver­sion ré­tros­pec­ti­ve­ment fan­tas­mée de Gai­man him­self. Ce que confir­me­ra un épi­logue mé­ta, suf­fi­sam­ment ré­vé­ren­cieux pour qu’on com­prenne qu’on ne peut dé­sor­mais plus adap­ter un de ses bou­quins sans sou­li­gner que c’est un im­mense évé­ne­ment. Même dans le cas, comme ici, d’une pe­tite rom-com in­ter­ga­lac­tique gen­ti­ment zinzin… Le film ra­conte la ren­contre du fu­tur au­teur star avec une bande d’E.T. azi­mu­tés ha­billés en com­bis la­tex, et son coup de foudre pour une jo­lie rebelle (Elle Fan­ning) qui veut en sa­voir plus sur cet étonnant concept, « The Punk ». C’est la pe­tite hal­lu du film : l’ex­tra­or­di­naire mise en va­leur de son ac­trice dia­phane, un ins­tan­ta­né de son éman­ci­pa­tion du co­con tee­nage, en même temps qu’une ma­nière de dé­si­gner lit­té­ra­le­ment sa beau­té comme ex­tra-ter­restre – per­sonne n’avait fil­mé comme John Ca­me­ron Mit­chell son étonnant et ado­rable cou de gi­rafe. Tou­jours à deux doigts de vi­rer à la par­touze vi­suelle érein­tante, le film par­vient à faire coa­gu­ler, l’es­pace de quelques scènes en ape­san­teur, la my­tho­lo­gie SF ri­go­lote in­ven­tée par Gai­man et l’hymne à son hé­roïne, tout en tra­çant un parallèle pop et hou­blon­né entre l’An­gle­terre des Sex Pis­tols et celle du Brexit. « En­gland’s drea­ming », beu­glait John­ny

Rot­ten. HTTTGAP rap­pelle que le rêve conti­nue.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.