Jus­qu’à la Lynne

Der­nier film com­pète, You Were Ne­ver Real­ly Here a au moins le mé­rite d’avoir un titre as­sez lu­cide, qui semble di­rec­te­ment s’adres­ser à nous.

Technikart - SuperCannes - - News - LéO­NARD HAD­DAD

Joa­chin Phoe­nix en ame­ri­can psy­cho (clin d’oeil Hit­ch­cock), on de­mande d’abord à voir. L’ac­teur est ici ima­gi­né en net­toyeur com­plè­te­ment mar­teau (son arme de pré­di­lec­tion), ca­to­gan, cas­quette, ca­puche (les trois ca, un de trop) et énorme barbe en dé­gra­dé vers le sel. Joa­quin prend le cadre comme un ac­teur russe (épais, boeuf, flasque et dur à la fois) et Lynne Ram­say le cadre à l’ho­ri­zon­tale, mul­ti­plie tra­ve­lings et pa­no­ra­miques la­té­raux, sauf dans une scène d’at­taque dé­struc­tu­rée (son qui dé­raille, ca­mé­ras de sur­veillance aux coins des pla­fonds) dans un club se­lect de ren­contres entre ca­dors po­li­tiques et fillettes en désha­billés de nuit, sup­po­sées don­ner son contexte dra­ma­tique (et mo­ral) au film. Entre Taxi Driver au mar­teau dans la gueule et Bron­so­nade art house, on suit une vi­rée dans la psy­ché trau­ma d’un pauvre type per­sé­cu­té par la vie, des images – et des en­vies – de morts plein la tête. Se fe­ra-t-il sau­ter la cer­velle ou suf­fo­quer au sac plas­tique ? Mais pour­quoi pas les deux ? Les re­trou­vailles entre Phoe­nix et Jon­ny Green­wood (mu­sique des films de P.T.A.) sont plus qu’un in­dice, un aveu – et la clef du po­si­tion­ne­ment es­thé­tique vel­léi­taire du pro­jet. S’il exis­tait du « ci­né­ma Pit­ch­fork », You Were Ne­ver Real­ly Here en se­rait le pro­to­type +++, l’élève idéal, note 9,6/10, jouant sur la frag­men­ta­tion, les cas­sures, les dé­rè­gle­ments, la perte de sens (es­pace, temps, rai­son) parce que l’art, c’est ain­si, se doit d’être dis­har­mo­nieux, aryth­mique, fra­cas­sé et hal­lu­ci­na­toire, comme dans un film de Ni­co­las Roeg (maître, mo­dèle et ho­ri­zon) mal imi­té. A la li­mite du pas­tiche et de la ca­ri­ca­ture (donc de la pa­ro­die), on a trou­vé le On­ly God For­gives

2017. Pré­ci­sions que nous n’y voyons pas un com­pli­ment.

SÉ­LEC­TION OF­FI­CIELLE

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.