3° Ne faire confiance à per­sonne sur le dress code de Mi­nuit.

Technikart - SuperCannes - - Édito -

C’est votre pre­mière séance de mi­nuit, un sur­vi­val nor­dique avec Mads Mik­kel­sen, un ours po­laire et du pois­son froid. Fies­ta ! Mais au fait, com­ment on s’ha­bille pour un mid­night can­nois ? Les avis di­vergent. Un col­lègue qui était dé­jà là pour Re­ser­voir Dogs en 1992 as­sure que le jean dé­con­tract’ est to­lé­ré. L’un des at­ta­chés de presse du film af­firme le contraire : smo­king et chaus­sures ci­rées obli­ga­toires, c’est une mon­tée des marches tout de même. Qui croire ? À Tech­ni­kart, per­sonne ne sait. Dans le doute, vous pas­sez une veste. Le pre­mier vi­gile fronce les sour­cils de­vant l’absence de noeud pap’ mais laisse cou­ler. Le se­cond tique sur les Adi­das Su­pers­tar et s’en­quiert de la si­tua­tion au tal­kie-wal­kie. Con­ci­lia­bule avec un troi­sième vi­sio en uni­forme. Pas com­mode, le gars. « On se croit où, Monsieur ? » Vous êtes dans vos pe­tites bas­kets, prêt à re­brous­ser che­min, quand Co­rine, vi­gile pre­mière classe, prend les choses en main. Une pe­tite tape sur la joue, les portes du bal­con s’ouvrent de­vant vous ! Ouf, c’est pas pas­sé loin. Mais le dress code, alors, c’était quoi ? Dans le doute, noeud pap’. Si­non, de­man­dez Co­rine.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.