#Ju­lieGayeah

Technikart - SuperCannes - - Édito - Propos re­cueillis par Mel­chior Photo Gilles Pe­ti­pas

JU­LIE GAYET Avant tout : que fait Ju­lie Gayet à Cannes ?

Ju­lie est pré­sente d’abord en tant que pro­duc­trice afin de pré­sen­ter ses films « The State

against Nel­son Man­de­la and the others » de Ni­co­las Cham­peaux & Gilles Porte qui traite du pro­cès qui a en­voyé Man­de­la en pri­son et le deuxième long mé­trage « Die, Mons­ter,

Die ! » d’un jeune réa­li­sa­teur Ale­jan­dro Fa­del, un th­riller po­li­cier dans un uni­vers dé­ran­geant et sombre. Mais elle est aus­si pré­sente en temps qu’actrice pour dé­fendre la place des femmes dans le ci­né­ma ac­com­pa­gnés des autres 82 femmes qui s’unissent dans ces re­ven­di­ca­tions.

Quelle est la por­tée de la voix dans le mé­tier d’ac­teur ?

Il y a au­tant de types d’ac­teurs que d’ac­teurs, cer­tains sont plus cor­po­rels et d’autres plus concen­trés sur la voix. En ce qui me concerne, je viens du chant ly­rique, la voix à donc une place toute par­ti­cu­lière dans ma ma­nière d’abor­der un rôle. Je suis très sen­sible aux belles voix, je sais que je rentre dans un film par la voix. Le tem­po de la voix donne énor­mé­ment au jeu.

Pen­sez-vous qu’on puisse par­ler de la voix comme d’un art de l’in­time ?

C’est un vrai travail que fait l’ac­teur dont on n’a pas for­cé­ment conscience le réa­li­sa­teur ou le pu­blic. Dans le cadre du ci­né­ma, beau­coup de ce travail s’ef­fec­tue en mixage, et on dé­couvre d’ailleurs as­sez vite que le son fait le point. En ce sens qu’il at­tire l’at­ten­tion sur un point pré­cis de l’écran. Le son em­mène le spec­ta­teur donc la voix, dans son in­ti­mi­té et sa sub­ti­li­té aus­si.

Quelle est votre vi­sion du si­lence dans le dis­cours ?

Je crois que c’est ce qui est le plus im­por­tant. Tout est dans le si­lence, c’est là qu’on voit tout, qu’on dit tout, c’est la sub­ti­li­té, la nuance, l’in­tel­li­gence, ça et l’hu­mour. C’est dans le si­lence qu’on plonge. Je n’en­tends qua­si­ment plus que les si­lences.

Quelle est la plus belle voix ?

J’ai eu la chance de tra­vailler sur les archives so­nores de Nel­son Man­de­la, sur ses in­to­na­tions, le prix de ses mots et c’est la sienne qui me touche le plus en ce mo­ment.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.