UpDown

Technikart - SuperCannes - - Édito -

1_Pas mal de bons films

Il y a eu des baffes (Bor­der, Cli­max, Dog­man), une dé­lé­ga­tion russe ba­lèze

(l’Eté,Don­bass), un grand HKE, un grand NBC, une Quin­zaine so­lide (Ho­so­da, Gra­nik), une su­per soi­rée sur la plage (LeG­randBal) et même tout un tas de dé­li­cieuses co­mé­dies po­pu (En­li­ber­té ,Le Grand Bain, Guy). On n’a ja­mais trop ga­lé­ré pour sa­voir quel film mettre en couv’. Tou­jours un bon signe, ça.

2_Quelques chocs d’ac­trices

Des beau­tés pures dont ap­prend le nom par coeur (Iri­na Star­shen­baum, Di­na­ra Bak­ty­bae­va), des beau­tés em­pê­chées qui ré­sistent à tout (So­fia Bou­tel­la en en­fer, Leï­la Be­kh­ti en fau­teuil rou­lant, Ma­nal Is­sa en sur­poids), des mères ri­vées à leur por­tion de réel (Zhao Tao, Ki­rin Ki­ki), des ap­pa­ri­tions à la li­sière du fan­tas­tique (Tho­ma­sin McKen­zie cô­té elfes, Eva Me­lan­der cô­té trolls, Ri­ley Keough cô­té L.A.)… Sous toutes les formes, dans tous les re­gistres, les ac­trices au­ront in­car­né jus­qu’au bout l’es­prit de cette édi­tion.

3_Un peu moins de monde

Pas d’émeutes pour ren­trer à De­bus­sy ou Ba­zin, des bad­gés bleus dé­ten­dus, les rues dé­sertes dès le lun­di… Cannes pa­rais­sait plus vide que d’ha­bi­tude. Con­sé­quence de la nou­velle grille de pro­jos, qui au­rait re­froi­di cer­taines ré­dac­tions de faire le voyage ? En tout cas, on a ob­te­nu toutes les in­ter­views de­man­dées et on a même eu le temps de di­gé­rer après les re­pas. Comme un pe­tit air de Deau­ville.

4_Beau­coup de bruit pour rien

Ça avait com­men­cé sur les cha­peaux de roues, avec des in­ter­dic­tions de sel­fies, des dé­cla­ra­tions choc, des grandes ma­noeuvres pour in­ven­ter l’ave­nir de la dis­trib’… Et puis Pau­lo Bran­co s’est éva­po­ré, Net­flix a bot­té en touche, les sel­fies n’ont en­traî­né au­cune ex­pul­sion et les mé­dias sont al­lés voir ailleurs (le ma­riage prin­cier), nous lais­sant seuls avec les films, et rien que les films.

5_Pas as­sez d’amour

Où est le love ? Pas dans les soi­rées, où plus per­sonne ne se mé­lange (les hips­ters avec les hips­ters, les Chi­nois avec les Chi­nois, le bu­si­ness avec le bu­si­ness), ni dans les échanges pas­sion­nés entre jour­na­listes (il n’y en a pas eu). Si on a vi­bré, c’est sé­pa­ré­ment, à l’ex­clu­sion des Autres. De l’amour ? Dans la Tech­ni­kart Team, il y en a tou­jours.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.