OPENER LES IN­FOS SOUS EMBARGO

Technikart - - L'EDITO -

At­ten­tion, drôle d'oi­seau : Adrian Younge a été prof de droit pen­dant trois ans – Ju­lien Do­ré ne peut pas en dire au­tant. En 2009, le pre­mier al­bum qu'il signe n'est pas plus ba­nal : il s'agit de la BO de pa­ro­die des films de la blax­ploi­ta­tion avec mu­sique ins­pi­rée d'Isaac Hayes et Cur­tis May­field. Il faut dire que Younge aime le pas­sé : il porte cra­vates ou che­mises à ja­bot, re­jette avec dé­goût tout ce qui date d'après les 70's, ne s'en­toure que de ma­té­riel vin­tage. Cette fois-ci, le thème qu'il a choi­si est le plus conve­nu qui soit : l'amour. Pour un al­bum cu­cul à la Marc La­voine ? Pas exac­te­ment.

La pre­mière écoute de dé­con­certe : on di­rait un tré­sor ca­ché chi­né à la bro­cante du coin. Sur fond de sons ana­lo­giques, une voix ca­ver­neuse pro­digue un cours ma­gis­tral sur la ques­tion chère à Ro­land Barthes. Doit-on prendre des notes ? As­sez vite, on pense à

de Lo­vage, al­bum d'ea­sy lis­te­ning sen­suel et far­ceur der­rière le­quel se ca­chait Dan the Au­to­ma­tor en 2001. Sauf que le disque n'est pas un ca­nu­lar : plu­tôt que de nous éclai­rer sur Adam et Eve, il nous fait faire des ré­vi­sions sur Kraft­werk, Wen­dy Carlos, Ray­mond Scott et autres Haack, Mon­te­ne­gro, Per­rey, King­sley, tous ces pion­niers de l'élec­tro­nique. Par ailleurs au­teur de la BO de la nou­velle sé­rie Mar­vel/Net­flix, Younge aime s'af­fi­cher avec des femmes dé­nu­dées. On ne nous la fait pas : mon­sieur le pro­fes­seur est sur­tout for­tiche en syn­thés.

The Elec­tro­nique Void: Black Noise (Li­near Labs/Dif­fer-Ant)

LOUIS-HEN­RI DE LA ROCHEFOUCAULD

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.