C'EST L'AU­TOMNE, ROULONS EN CABRIOLET

Il n'y a plus de sai­sons ? Pas grave ! Profitez-en pour rou­ler en cabriolet Mer­cedes, idéal en « in­ter­sai­son » à en croire Pa­trick Se­vestre, le chef de gamme de la marque à l'étoile.

Technikart - - SERGE ADAM AU VOLANT -

La Classe C est-elle celle qui connaît le plus de dé­cli­nai­sons ?

Pa­trick Se­vestre : En tant que construc­teur pre­mium, nous de­vons of­frir l'in­di­vi­dua­li­sa­tion à tous les ni­veaux. Donc on a une gamme très large et on a même créé des niches, chose que les gé­né­ra­listes ne peuvent se per­mettre. Au­jourd'hui, les consom­ma­teurs sou­haitent ache­ter quelque chose qui leur res­semble, et plus le choix est vaste, plus on peut ré­pondre à ce dé­sir. L'évo­lu­tion des tech­no­lo­gies per­met d'avoir des pla­te­formes au­to beau­coup plus mo­du­laires que par le pas­sé.

Le ré­chauf­fe­ment cli­ma­tique joue-t-il sur le re­nou­veau des ca­brio­lets ?

C'est un sec­teur res­treint mais il y a une tra­di­tion du cabriolet chez Mer­cedes : il est co­hé­rent de les dé­ve­lop­per, et le sa­voir-faire de la marque est re­con­nu sur des grands ca­brio­lets.

Votre Classe C Cabriolet est cen­sé être une en­trée dans cet uni­vers-là ? Ab­so­lu­ment. On le dé­mo­cra­tise un peu – même si le ti­cket d'en­trée est re­la­ti­ve­ment éle­vé, au­tour de 50 000 €.

Vous le ven­dez dans quels pays ?

Ce­la peut sem­bler sur­pre­nant, mais nous en ven­dons da­van­tage en An­gle­terre ou en Al­le­magne que dans les pays du sud.

Le spectre est plus large pour les ventes ?

Oui, on a des pro­fils as­sez vastes, il peut plaire à des jeunes, des femmes ; sa car­ros­se­rie aide à ce­la.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.