NIGHTLANDS

I CAN FEEL THE NIGHT AROUND ME

Technikart - - SELECTOR - AL­BERT POTIRON

De Foxy­gen aux Le­mon Twigs, il fau­drait un jour écrire une thèse sur les groupes pas­tiches ou par­fois consi­dé­rés ain­si à tort. Pour les Beach Boys, on en dé­nombre au moins deux. The Ex­plo­rers Club pour le vo­let six­ties, dé­calque ob­ses­sion­nel qui condui­ra le groupe à en­re­gis­trer avec des mu­si­ciens de Brian Wil­son. Et Nightlands pour le dé­but des 70’s, soit la meilleure pé­riode des gar­çons de la plage. Noyé sous des strates de voix, en­re­gis­tré en sous-sol dans un en­tre­pôt ap­pe­lé The Space, ce troi­sième al­bum, de Dave Hart­ley, bas­siste de The War on Drugs, res­pire la lu­mière noire. Bru­meux et noc­turne, I Can Feel the Night Around Me risque fort d’être co­pié dans vingt-cinq ans.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.