« À MON ÂGE, IL FAUT SE FAIRE PLAI­SIR ! »

« C'EST TECHNIKART QUI RÉ­GALE ? » OUI, MI­CHOU. ET AU­JOURD'HUI, C'EST CHAM­PAGNE ! À L'AUBE DE SES 86 ANS, LE PER­SON­NAGE EM­BLÉ­MA­TIQUE DE MONT­MARTRE NOUS PARLE DE SA « FONTAINE DE JOUVENCE ».

Technikart - - BOUTIQUE - EN­TRE­TIEN ARIANE QUIGNON

« Vous m’avez in­vi­té pour la par­touze ?! » Mi­chou est bel et bien ar­ri­vé. En se po­sant de­vant l’élé­gante salle aux tons gris de chez Maxan, élu res­tau­rant de l’an­née par nos voi­sins du tri­mes­triel (très) gour­mand Grand Sei­gneur, l’homme en bleu a sa fa­çon bien à lui de s’an­non­cer. Si nous l’avons convié ici, dans cette adresse à part dans le quar­tier des Champs-Ély­sées (la carte y est in­ven­tive, y com­pris dans son choix de vins et cham­pagnes, et les prix rai­son­nables), te­nue d’une main de maître par Serge Con­quet, c’est en connais­sance de cause. Mi­chou, on le sait, « adooore les bulles ». Vê­tu de son em­blé­ma­tique cos­tume bleu roi et de ses lourdes lu­nettes bleues dé­gra­dées si­glées Pierre Mar­ly, notre vi­si­teur du soir y trouve ra­pi­de­ment ses marques. Au bout d’une coupe, il ac­cueille­ra les nou­veaux ar­ri­vants comme s’ils ve­naient dî­ner chez lui…

Bien­ve­nue Mi­chou. La lé­gende dit que vous bu­vez deux bou­teilles de cham­pagne par jour. Ras­su­rez-nous : vous par­ta­gez ?

Mi­chou : Deux bou­teilles, c’est un mi­ni­mum. Re­gar­dez-moi, j’au­rai 86 ans le 18 juin, et je suis en­core très frais ! (Rires.) Le cham­pagne, c’est ma jouvence, le se­cret de ma jeu­nesse éter­nelle. Je par­tage évi­dem­ment, je trinque tous les soirs avec mes amis, et mon fian­cé ! (Serge Con­quet nous sert un Vou­vray pé­tillant dans une coupe en forme de tu­lipe.) Ah, j’adore ces grands verres, j’ai hor­reur des pe­tites flûtes, trop étroites : les bulles n’ont pas le temps de re­mon­ter. À la vôtre !

Cette his­toire d'amour avec le cham­pagne, quand dé­bute-t-elle, Mi­chou ?

Vous sa­vez, à l’époque je n’avais pas les moyens pour du vrai cham­pagne, alors je bu­vais du mous­seux. Et puis j’ai ren­con­tré un ami qui avait beau­coup d’ar­gent mais sur­tout un goût ex­cellent. Il m’a tout ap­pris, y com­pris à avoir un pa­lais – et il m’a payé les bou­teilles qui al­laient avec ! De­puis, je ne m’en lasse pas. Je suis tou­jours vaillant ! Cer­tains tournent à la co­caïne, d’autres au ca­fé… Moi, le cham­pagne, c’est ma came. Mais d’ailleurs, qui vous a dit que j’ai­mais au­tant le cham­pagne ?

Ce n'est plus vrai­ment un se­cret, Mi­chou, voyons ! D'ailleurs, même Jo­na­than Lam­bert, lors­qu'il vous imite, il tient tou­jours une coupe.

C’est vrai que j’aime ça par des­sus tout. À mon âge, il faut se faire plai­sir ! Si vous vou­lez tout sa­voir, j’ai un rêve : avoir une belle sta­tue de moi à Reims, la ville du cham­pagne, et des bou­teilles tout au­tour.

De­puis le dé­but de votre ca­ba­ret Chez Mi­chou, au dé­but des an­nées 60, y a-t-il tou­jours eu du cham­pagne à la carte ?

Bien sûr. Qui n’aime pas le cham­pagne ? On m’a d’ailleurs pro­po­sé à plu­sieurs re­prises de créer ma propre bois­son et l’ap­pe­ler « Cham­pagne Mi­chou ». J’ai tou­jours re­fu­sé car je ne veux rien im­po­ser à mes clients.

Ce­la va bien­tôt faire 61 ans que vous di­ri­gez un ca­ba­ret à Mont­martre, vous ne vous en las­sez pas ?

Mon Dieu non, j’y res­te­rai jus­qu’à la fin. C’est ma se­conde mai­son. Le ca­ba­ret ouvre à 20 heures, et chaque soir, sans ex­cep­tion, à 19 heures 45, je suis de­vant la porte pour ac­cueillir mes clients – qui n’en sont pas d’ailleurs. S’ils viennent chez Mi­chou, ce sont mes amis ! Et quel plai­sir de voir des per­sonnes qui re­viennent après une pre­mière fois il y a trente ans.

Et si­non, vous avez un autre pé­ché mi­gnon ?

Oui… je l’avoue : le Ca­price des Dieux… Mais c’est un se­cret. Je pour­rais en dé­vo­rer une boîte en­tière ! Ce qui ne plaît pas beau­coup à mon doc­teur.

Et les « cham­pagne sho­wers » telles qu'on en voit dans les clips de rap, ça vous tente ?

Trou­vez-moi un mec qui a ce fan­tasme, et je me la­ve­rai vo­lon­tiers au cham­pagne !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.