RAIDE DINGUE DE SAINT-DOMINGUE ?

Vous êtes de pas­sage dans les Caraïbes pour y plan­quer vos sous ? Lais­sez le guide Bar­dos vous in­di­quer les meilleurs spots de la ca­pi­tale de Ré­pu­blique do­mi­ni­caine.

Technikart - - BOUTIQUE -

S’éti­rant au nord-est du pays, la pé­nin­sule de Sa­maná est ré­pu­tée pour ali­gner les plus belles plages de l’île. Des éten­dues de sable oran­gé sur­plom­bées de ver­doyantes col­lines qui courent sur des ki­lo­mètres le long de l’eau tur­quoise. La pe­tite ville de Las Ter­re­nas consti­tue le point de rayon­ne­ment idéal pour par­tir à la dé­cou­verte de cette langue de terre pa­ra­di­siaque, à mille lieues des sur­fré­quen­tées Pun­ta Ca­na et autres Puer­to Pla­ta. Vous n’y se­rez pas trop dé­pay­sé, puisque plus de 2 000 Fran­çais y ont élu do­mi­cile. Am­biance pain au cho­co­lat au pe­tit déj’ et pas­tis à l’apé­ro. Entre les deux, al­lez vous ta­per la cloche chez Luis, à la Playa Co­son, un bar­beuc de fruits de mer les pieds dans l’eau. Avec votre co­la­da ser­vie di­rec­te­ment dans sa piña, les mu­si­ciens en­ton­nant une suave ba­cha­ta et une lan­gouste grillo­tée dans l’as­siette, vous ne de­vriez pas être trop mal. Après quelques jours à ce rythme, lais­sez-vous ten­ter par une des nom­breuses ex­cur­sions pos­sibles de­puis Las Ter­re­nas. Par­tez à la rencontre des ba­leines à bosse, qui ont je­té leur dé­vo­lu sur la baie de Sa­maná pour se re­pro­duire. Épous­tou­flant spec­tacle : pour al­pa­guer de la fe­melle, les mâles chantent et bon­dissent hors de l’eau. Autre high­light : le parc na­tio­nal Los Hai­tises, plus grand en­semble kars­tique des An­tilles avec ses 200 ki­lo­mètres car­rés d’îlots-pains de sucre re­cou­verts d’une vé­gé­ta­tion exu­bé­rante. Un lieu qua­si­ment in­tou­ché, d’une in­croyable beau­té, à la flore et à la faune uniques (des oi­seaux par mil­liers) et qui fut le der­nier re­fuge des In­diens Taï­nos, pour­chas­sés par les conquis­ta­dors et in­té­gra­le­ment ex­ter­mi­nés… Il est en­core pos­sible d’ad­mi­rer leurs pé­tro­glyphes à la naï­ve­té émou­vante dans cer­taines grottes du parc.

FIESTA BO­HÈME ET ÉTU­DIANTE

La ca­pi­tale de l’île, Saint-Domingue, est la plus an­cienne ville du Nou­veau Monde. Elle est aus­si la plus belle ci­té des Caraïbes, aux cô­tés de La Ha­vane. Sa Zo­na Co­lo­nial, fon­dée par le fils de Christophe Co­lomb et qui re­gorge de bâ­ti-

ments d’époque su­per­be­ment res­tau­rés, n’est d’ailleurs pas sans rap­pe­ler sa cou­sine cu­baine. Même non­cha­lance po­pu­laire, mêmes bâ­tisses ba­rio­lées, mêmes abue­li­tos ta­pant le do­mi­no un ci­gare à la main… Et tou­jours le tour­billon ter­naire de la musique fai­sant va­ciller chaque coin de rue. Le soir ve­nu, la Co­lo­nial de­vient l’épi­centre de la fiesta bo­hème et étu­diante. On y cha­loupe sé­vère dans des bars tels que le Sa­bi­na, le Pa­ra­da 77 ou le Lu­lu Tas­ting, tan­dis que tous les di­manches, les ruines de l’église San Fran­cis­co se conver­tissent en dan­cing et ac­cueillent oe­cu­mé­ni­que­ment dan­seurs de son, de me­rengue et de sal­sa. Le long du Ma­lecón, c’est presque tous les soirs que les guinches battent leur plein. Op­tez pour ce­lui à deux pas d’Adrian Tro­pi­cal, un res­to au­then­tique avec vue sur l’océan où vous vous dé­lec­te­rez d’un san­co­cho ou d’un mo­fon­go, les deux plats stars de l’île. Pour fi­nir la soi­rée en bon­homme, di­rec­tion Pian­ti­ni, la nou­velle ville ver­sion posh, ses boîtes à reg­gae­ton et ses créa­tures ca­ra­mel chauf­fant la piste à blanc avec moins que rien de cos­tume. Bo­ca­ne­gra, Fa­bri­ca, Zam­bra, pour du dan­cing smart et à taille hu­maine ; Mix et Mam­ma Club pour du gros club où po­ser sa bou­teille.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.