FA­SHION- FÉ­MI­NISTE ?

AM­BAS­SA­DRICE DE L’ONU EN 2016, ICÔNE BI ET PROTO-FÉ­MI­NISTE, CRÉA­TURE DE L’AMATEUR DU BONDAGE ET DU POLYAMOUR WILLIAM MOULTON MARS­TON, WONDER WO­MAN A TOU­JOURS ÉTÉ L’UL­TIME SU­PER-HÉ­ROÏNE FÉ­MI­NISTE. ET LA MIEUX HA­BILLÉE ?

Technikart - - OPENER - LÉONTINE BOB

40’s/50’s

Dé­cembre 41. Alors que les États-Unis font face à l’at­taque de Pearl Har­bor, la pre­mière su­per-hé­roïne de DC, Wonder Wo­man, ap­pa­raît dans le All Star Co­mics #8. Le fé­ti­chiste Mars­ton et le des­si­na­teur H. G. Pe­ter l’ima­ginent dé­jà avec une mi­ni-jupe – fich­tre­ment en avance sur son temps ! – qui laisse ap­pa­raître ge­noux et mol­lets mus­clés. À la fin des an­nées 60, les res­pon­sable édi­to­riaux chez DC lui font perdre ses su­per-pou­voirs pour qu’elle s’at­telle au nec plus ul­tra de l’époque : l’ou­ver­ture d’un ma­ga­sin de fringues bran­chées. L’hé­roïne re­trou­ve­ra son cos­tume d’ori­gine à par­tir de 1975 (et jus­qu’en 1979) à la té­lé, sous les traits de Lyn­da Car­ter : un shor­ty et des bottes aux cou­leurs du dra­peau amé­ri­cain. Ico­nique.

80’s/90’s

Pé­riode d’ex­pé­ri­men­ta­tion ves­ti­men­taire dans les co­mics. À la fin des an­nées 80, Wonder Wo­man prend des al­lures de déesse grecque avec de longs che­veux bou­clés et tout l’at­ti­rail d’une hé­roïne an­tique. Dans les an­nées 90, son ana­to­mie est trans­for­mée, ses jambes sont al­lon­gées et son bo­dy rac­cour­cit. Ignoble ma­chisme !

2000’s

En 2017, l’ex-man­ne­quin Gal Ga­dot de­vient LA prin­cesse ama­zone du ci­né­ma (après une pre­mière ap­pa­ri­tion dans Bat­man v Su­per­man : L’Aube de la jus­tice). Le film est réa­li­sé par une femme, Pat­ty Jen­kins, et les cos­tumes créés par une autre, Lin­dy Hem­ming. La te­nue de cette Wonder Wo­man nou­velle gé­né­ra­tion ? Ri­gide et ré­sis­tante, elle est donc moins mou­lante – même si l’on voit tou­jours ses cuisses jus­qu’à l’aine et que son bus­tier est ren­for­cé. Verdict ? La su­per-hé­roïne n’a ja­mais été aus­si aus­si fa­shion. Pour le fé­mi­nisme, on re­pas­se­ra.

40’s/50’s

Pen­dant ce temps-là, au Ca­fé de Flore, une fille de bonne fa­mille, Si­mone de Beau­voir, écrit. Vê­tue d’une che­mise ample lé­gè­re­ment ou­verte et d’une jupe im­pri­mée tar­tan, l’au­teure du Deuxième Sexe pré­fère les vê­te­ments sobres. Sa coiffure soi­gnée ti­rant ses che­veux sombres en ar­rière au­réole son visage. Classe !

60’s/70’s

Dans les ma­nifs et sur les es­trades, l’écri­vaine, jour­na­liste et créa­trice du fé­mi­nin fé­mi­niste Ms Glo­ria Stei­nem fait la mode des an­nées 70. Elle dé­voile ses longues jambes en por­tant des mi­ni-jupes à mo­tifs, ses tops sont mou­lants, ses lu­nettes fu­mées, et ses che­veux longs, lisses et dé­ta­chés glissent le long de ses épaules. Sou­vent co­piée, ra­re­ment éga­lée.

80’s/90’s

Cô­té girls-bands, le girl po­wer est en marche pour le plus grand plai­sir des pro­fes­sion­nels du mar­ke­ting : les Spice Girls dé­barquent avec leurs col­liers ras-du-cou, leurs chaus­sures à ta­lons com­pen­sés, leurs vê­te­ments mou­lants, tan­tôt brillants tan­tôt ta­che­tés, dé­cou­vrant le nom­bril, les épaules et les cuisses... Ré­tro­grade !

2000’s

Sur les places et de­vant les plus grands mo­nu­ments eu­ro­péens, les Fe­men ex­hibent leurs boobs. Des slo­gans en lettres ca­pi­tales re­couvrent leurs torses. De­bout ou à ge­noux, l’es­sen­tiel est qu’elles soient bien à l’aise dans un pan­ta­lon, une cu­lotte ou un boxer. Sans ou­blier une bonne paire de chaus­sures né­ces­saire à toute in­ter­ven­tion mus­clée. Pour l’agit­prop cu­lot­tée, elles res­tent au top. Pour le bus­tier ren­for­cé, on re­pas­se­ra.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.