KARL OVE KNAUSGAARD

AUX CONFINS DU MONDE

Technikart - - SELECTOR / LIVRES - BAP­TISTE LIGER

MOI, (PAS) MOCHE ET MÉCHANT.

Vous con­nais­sez notre aver­sion pour les pe­tits ré­cits fran­çais de cent-cin­quante pages do­lo­ristes à su­jet-verbe-com­plé­ment sur la ma­la­die de ma­mie ou l’adul­tère de pa­pa – en­fin, quand c’est Em­ma­nuel Car­rère, ça passe… Quitte à ra­con­ter sa vie, au­tant le faire avec pa­nache, am­pleur, avec ce qu’il faut de pu­deur (ou d’im­pu­deur). Comment lire sé­rieu­se­ment l’un de ces pe­tits ou­vrages après avoir ou­vert un des tomes de Mon Com­bat du Nor­vé­gien su­per­star Karl Ove Knausgaard ? Il est temps que le lec­to­rat fran­çais se ré­veille et se plonge dans cette oeuvre ma­jeure – et pour­quoi pas com­men­cer avec ce nou­veau vo­let tra­duit. Dans Aux Confins du monde, KOK dit tout sur ce mo­ment où, à la fin de l’ado­les­cence, il se trouve pro­pul­sé prof dans une pe­tite bour­gade por­tuaire – avec des élèves ayant pra­ti­que­ment son âge… Les en­vies d’écri­ture, de voyage aus­si, hantent le jeune homme (un peu frus­tré) qui fan­tasme dur, et pi­cole sé­vère. Les six cents pages, si­dé­rantes de jus­tesse d’écri­ture, dé­filent alors d’une traite, en pi­lo­tage au­to­ma­tique. (De­noël, 656 p., 24,50 ¤)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.