MIEUX VAUT RÉUS­SIR SA BROUILLE, QUE RA­TER SON AMI­TIÉ.

Technikart - - OPENER -

LE PLUS DEBONNAIRE DE NOS ESSAYISTES MAT­THIAS DEBUREAUX (AU­TEUR DU CULTE LES DICTATEURS FONT TRÈS BIEN L’AMOUR EN 2011) RE­VIENT AVEC UN JOUIS­SIF GUIDE DE LA BROUILLE*. SON GUIDE PRA­TIQUE. Mat­thias Debureaux, jour­na­liste ami : 1 - L’en­voi d’une longue lettre ex­pli­quant vos mo­tifs de rup­ture ami­cale, en ar­guant que ne plus se voir est juste une autre ma­nière de vivre en­semble, avant de conclure jo­li­ment par une for­mule du type : « Croyez à mes sen­ti­ments chan­gés ». 2 - Ne plus ja­mais évo­quer l’ami dé­chu en pu­blic ou alors avec un sur­nom dé­gra­dant de votre créa­tion. 3 - Être ca­pable, quand vous croi­sez seul à seul la bre­bis ga­leuse, de lui dire « Bon­jour Mon­sieur » ou « Bon­jour Ma­dame » avant de pour­suivre son che­min. Ou de lui sou­hai­ter une « bonne fête » le jour de la Tous­saint. 4 - Ni la ma­la­die, la vieillesse, la mort ou ni même per­sonne au monde ne se­ront en me­sure de vous rap­pro­cher. 5 - Res­ter brouillé, même en cas d’ou­bli du mo­tif de la brouille.

*Le Noble art de la brouille (Al­la­ry édi­tions, 94 pages, 10 €)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.