LES (NOU­VELLES)

RÈGLES DE L’AT­TRAC­TION

Technikart - - COVER / DOSSIER - MAR­GUE­RITE VAN PEEBLES

LES CODES DE LA SÉ­DUC­TION ONT-ILS VRAI­MENT CHAN­GÉ ? LA NA­DINE DE ROTH­SCHILD DE LA RÉ­DAC­TION NOUS A CONCOC­TÉ CE « GUIDE DU CONSEN­TE­MENT MILLÉSIMÉ 2018». SA­VOU­REZ !

1 COMMENT ÉCONDUIRE CE­LUI QUI NE NOUS AT­TIRE PLUS ?

Dé­jà que c 'était c om­pli­qué de lar guer quel­qu'un a vant…. Alors dir e à une per­sonne que l 'on cr oyait (sur phot o) êtr e à no­tr e goût qu'en fait elle ne nous plaît plus (I n Real Lif e) ? Ten­tez la fran­chise: « j’étais mort( e) de f aim mais j’ai chan­gé d’avis en te voyant, au re­voir! »

2 COMMENT SE REN­CONTRE-T-ON ?

Il y a quelques an­nées , on s 'abor­dait enc ore spon­ta­né­ment, par sur­prise , t ou­jours pr êts à c on­ter fl eu­rette dans la rue Deux ou tr ois phrases ba­nales d 'in­tro­duc­tion sui­vies de « Donne-moi t on nu­mé­ro , on v a boire un v erre bien­tôt ? » L'autre a vait le t emps de nous jau­ger , quelques sec ondes, et ré­pon­dait illic o oui ou non. On était fi xés tr ès vit e. Époque ré­vo­lue ! Au­jourd'hui, alors que les moeurs ont ét é cham­bou­lés et t out se passe via écr an, même F ace­book se lanc e sur le mar­ché des sit es de r en­contres. Un bon cal­cul , lorsque l 'on sait que nous les 18-30 ans (c elle qui écrit c es lig nes en a 25) pas­sons plus de dix heur es par se­maine des­sus . En at­ten­dant l 'ar­ri­vée sur le sec teur de l 'agence ma­tri­mo­niale de Zu­cker­berg, on se c on­ten­te­ra c et ét é de tr aî­ner sur Tin­der, Grin­dr, Happn, Onc e… Ou enc ore F ruitz, ap­pli (cr éé il y a un peu plus d 'un an) au slo­gan pr omet­teur « pour des renc ontres sans pé­pins. » On s 'y dé­fi­nit par un fruit se­lon no­tr e dé­sir du mo­ment: du sé­rieux, une r en­contre sans prise de t ête, un PQR (« Plan C ul Ré­gu­lier » pour les plus de 37 ans) ou … du cul là, main­te­nant, de suit e, mer ci. On se met donc à s 'en­voyer des nudes pour v éri­fier la mar chan­dise (85D ! 25 c en­ti­mètres ! n'en je­tez plus!)...

3 DE SOI ? QUI ON A EN FACE COMMENT SA­VOIR

on pa­tien­tait Avant, une f ois le mo­ment et le lieu fixé, s' en­voyait un sa­ge­ment jus­qu'à l'heur e H. A peine si on

Cou­cou, à ce soir, :) ». On ne se SMS le jour J pour dir e « ce qu'il connaissait pas et on sa­vait sur l'autre uni­que­ment

! avait bien vou­lu nous dire. A nous les sur­prises on v eut t out A ujourd'hui, on ne peut plus a ttendre, ra­conte sa vie sa­voir, tout de suite. Comme tout le monde connaître son en ligne, c'est hy­per fa­cile (trop, même) de ait que tr op pro­chain.. Stal­ker est sal­va­teur et on ne saur per­sonne à qui vous en­cou­ra­ger à vous ren­sei­gner sur la évi­ter : le mec vous al­lez ac­cor­der (ou non) du temps… À

« je suis pas qui se f ait pas ser pour cé­li­ba­tair e et t 'écris

». Et jus te après on se dans une re­la tion sé­rieuse, tu sais blai­reau my­tho rend compte qu'en fait la pauvre co­pine du à gr and r en­fort poste ré­gu­lièr ement des phot os d'eux – choi­sis sez de de ha­sh­tag #amour­de­ma­vie. Et si v ous pré­cau­tions vous ren­sei­gner, faites-le en douce. Quelques ne lik e rien, on s'im­posent pour ne pas se f aire griller : on e éti­que­té « n'en­voie pas de pe­tits mots. Sous peine d'êtr

psycho ». Et ça, c'est ir­rat­tra­pable.

4 FAIRE PEUR COMMENT NE PAS S ? PRÉ­TEN­DANT(E) AUX FU­TUR(E)S

Less is more , t out sim­ple­ment. Pour vi­vr e heur eux en ligne, viv ons ca­chés ( ou pr esque). Vous v ou­lez pé­cho ? Soit vous ne pos tez pas de phot o, soit v ous êtes ré­glos. Même en 2018, il ne faut pas avoir peur du vide. Ca si­gni­fie seule­ment que v otre tar get a peut-êtr e une double vie mais qu'elle le cache bien. C'est pas si mal.

5 COMMENT CONVAINCRE L'AUTRE DE POUR­SUIVRE (OU PAS) ?

Avant, lorsque la r en­contre se pas sait bien et qu'une certaine al­chi­mie se fai­sait sen­tir, c'était le consen­te­ment ta­cite qui était pri­vi­lé­gié. Plu­sieurs op­tions s' of­fraient à nous. Se­lon le de­gré de com­pli­ci­té, on pou­vait pro­po­ser le c oup du « der­nier v erre » ou pr opo­ser, enc ore plus di­rect, « c’est moi le des­sert » avec clin d'oeil ap­puyé. En gros, c'était la règle du « qui ne dit mot consent » ; si on avait à s'ex­pri­mer, c'était sur­tout pour mar­quer son re­fus d'al­ler plus loin.

Au­jourd'hui, c 'est l'in verse : mieux v aut de­man­der la per­mis sion et plu­tôt deux f ois qu'une . Alors qu' on de­vrait t ou­jours se r ap­pe­ler que non si­gni­fie non, à l'ave­nir il f au­dra e xi­ger la pr euve que oui si­gni­fie oui. La Suède vient d' ailleurs de v oter une loi qui r en­force l'im­por­tance du c on­sen­te­ment. A par­tir du 1er juillet, un rap­port se xuel sans c on­sen­te­ment v er­bal ou ph ysique ex­pli­cite de la per­sonne se­ra consi­dé­ré comme illé­gal. Pour c on­ser­ver une tr ace de la­dit e preuve, plu­sieurs ap­plis ont vu le jour . La plus c on­nue, L egalF­ling, a été in­ven­tée par de jeunes néer­lan­dais, via la­quelle on peut faire une de­mande de c on­sen­te­ment à une per­sonne et lui sou­met­tr e div erses r equêtes (pré­serv atif? phot o et vi­déo? pra­tiques BDSM?). Le ré­sul­tat es t sau­ve­gar­dé grâce à la blo­ck­chain. O douce ro­mance !

6 E) ? ÊTRE SÛR( COMMENT

jus, l' ex­plique : il de­mande ans, Ne w-Yor­kais pur En par­lant ! X avier, 25 e être sûr que l’ autre il f aut en per­ma­nenc out : « la per­mis sion pour t conten­ter de sup­po­si­tion l’am­biance. Ne pas se est par­tant, sans rui­ner du mo­ment...

». Quitte à gâ­cher la ma­gie mais échan­ger li­bre­ment

JEUX DE MAINS, JEUX DE VI­LAINS — Pas de pa­nique : nos deux stars ont bien lu notre guide du consen­te­ment. VOUS VOU­LEZ PÉ­CHO ? SOIT VOUS NE POS­TEZ PAS DE PHO­TOS, SOIT VOUS ÊTES RÉ­GLOS.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.