LES PO­LA­ROÏDS

ERIC NEU­HOFF

Technikart - - SELECTOR - LOUIS-HEN­RI DE LA RO­CHE­FOU­CAULD

TES ÉTATS D’ÂME, ÉRIC.

On sait ce que pensent de Neu­hoff les lec­teurs les plus in­té­gristes des édi­tions de Mi­nuit : pas du bien. Pour ces neu­ras­thé­niques, le goût du bon mot fait for­cé­ment de vous un in­fré­quen­table Bi­do­chon. On leur lais­se­ra leurs an­ti­dé­pres­seurs et leur in­té­grale de Mar­gue­rite Du­ras – adieu ! Et on re­tour­ne­ra avec plai­sir (même pas cou­pable) à nos livres de Neu­hoff. Car qui a dé­jà lu Comme hier, Pen­sion ali­men­taire, Cham­pagne ! ou Les in­sou­mis, sait comme il est for­tiche dans la forme brève.

Les dix-sept nou­velles ras­sem­blées dans

Les Po­la­roïds ont été écrites entre 1979 et 2017. Force est de re­con­naître qu'elles sont d'une épa­tante co­hé­rence sty­lis­tique. En 1979, Neu­hoff avait 23 ans, et le jeune homme qu'il était alors avait dé­jà trou­vé son ton, la­co­nique, nos­tal­gique et pince-sans-rire. Les thèmes eux non-plus n'ont pas va­rié : le ci­né­ma, les filles, l'art de vivre, le temps per­du, une cer­taine France bour­geoise d'an­tan… De­nis Tilli­nac passe boire quelques verres dans la nou­velle « Ivres à Ma­dère ». Tchin ! (Le Ro­cher, 171 p., 16 )

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.