MARAJÓ AMAZONIE-SUR-PLAGES

SI­TUÉE AU NORD DU BRÉ­SIL, ENTRE OCÉAN ET AMAZONIE, MARAJÓ EST LA PLUS GRANDE ÎLE FLUVIALE DU MONDE. UN VÉ­RI­TABLE ÉDEN, FAIT DE FO­RÊTS IMPÉNÉTRABLES, DE MAN­GROVES ET D'INTERMINABLES PLAGES, À QUELQUES ENCABLURES SEULE­MENT DE L'EXO­TIQUE BE­LÉM…

Technikart - - PREMIUM - SÉ­BAS­TIEN BARDOS

Votre sé­jour en Amazonie bal­néaire, c’est à Be­lém qu’il dé­bu­te­ra. Un nom à lui seul sy­no­nyme d’aven­tures tro­pi­cales et d’er­rances moites dans la jungle à la re­cherche de l’in­con­nu. Ni­chée sur l’es­tuaire de l’Ama­zone, la toute pre­mière co­lo­nie por­tu­gaise de la ré­gion a de­puis tou­jours été le point de dé­part idéal pour s’en­fon­cer dans l’en­fer vert. Et le centre de né­goce tout in­di­qué pour ex­por­ter des ma­tières pre­mières is­sues de la fo­rêt vers l’Eu­rope. Comme le ca­ou­tchouc, dont le boom re­ten­tis­sant fît la for­tune de la ville au 19ème siècle. De cette fièvre, de­puis long­temps re­tom­bée, Be­lém a hé­ri­té nombre d’édi­fices co­lo­niaux, la plu­part au­jourd’hui ron­gés par l’hu­mi­di­té et man­gés par la vé­gé­ta­tion. Cer­tains tiennent pour­tant en­core le choc, comme la halle mé­tal­lique Art nou­veau du Ver-o-Pe­so, lieu phare de la ville, fas­ci­nant mar­ché en plein air con­si­dé­ré comme le plus grand d’Amé­rique la­tine. Idéal à faire au pe­tit ma­tin, pour voir les ma­mies se dis­pu­ter les plus beaux mor­ceaux de pois­sons aux ef­froyables fa­ciès pré­his­to­riques, tan­dis qu’à quelques pas, sur le port de pêche, les vau­tours font de même pour bec­que­ter leurs en­trailles.

Au cou­cher du so­leil, après la sieste qu’im­pose l’ha­ras­sante cha­leur, di­rec­tion Mor­ma­ço, un im­mense bar sur pi­lo­tis, ou vers les docks, su­per­be­ment re­con­ver­tis en un es­pace bran­chouille re­gor­geant de tro­quets et de res­tos. Vous pour­rez y voir les der­niers ba­teaux prendre le large en si­ro­tant, dans la mi­cro­bras­se­rie du même nom, une Ama­zon Beer par­fu­mée aux fruits lo­caux. Après un di­ner au Point do Açaí ou à Lá Em Casa, deux adresses de choix pour gou­ter aux dé­lices de la si unique gas­tro­no­mie be­lé­moise, dont le fa­meux ca­nard au tu­cu­pi, il se­ra temps d’al­ler guin­cher à La­mu­sique ou à El Pa­tron, les clubs en vogue de la ville. Ou mieux en­core, si vous êtes chan­ceux, d’as­sis­ter à un show de tec­no-bre­ga. Un im­pro­bable mix de chan­sons po­pu­laires et de son eigh­ties ba­lan­cé par des DJ aux com­mandes d’ « ap­pa­reillages », de mons­trueuses so­nos. Le tout se dan­sant comme un rock sous cap­ta­gon !

A seule­ment trois heures de ba­teau des tré­pi­dantes nuits de Be­lém, Marajó, l’île ma­jeure du del­ta de l’Ama­zone, presque aus­si grande que la Suisse et dont le nom si­gni­fie « le bou­clier de l›océan » en langue amé­rin­dienne, offre le plus cadre le plus pai­sible qui soit… A « Soure », sa « ca­pi­tale », c’est à dos de buffle que pa­trouille la po­lice. L’ani­mal est le vé­ri­table em­blème de l’île - Marajó en comp­te­rait 600 000 pour une po­pu­la­tion de 300 000 ha­bi­tants – et vous ac­com­pa­gne­ra tout le long de votre sé­jour. Que vous soyez per­ché sur son dos pour vi­si­ter les fa­zen­das, de gi­gan­tesques ranchs consa­crés à son éle­vage et re­gor­geant d’une faune exu­bé­rante (per­ro­quets, fla­mants, tou­cans, ana­con­das, caï­mans… et autres singes hur­leurs), ou que vous le dé­gus­tiez sous forme de moz­za­rel­la ou d’un suc­cu­lent rô­ti !

Outre son in­croyable bio­di­ver­si­té, l’in­té­rêt ma­jeur de Marajó ré­side dans ses im­menses plages flu­viales de sable blanc aux airs de bout du monde, comme celles de Sal­va­ter­ra ou de Bar­ra Vel­ha, les plus ré­pu­tées. Entre pal­miers et pa­lé­tu­viers, on y dé­guste, le plus pei­nar­de­ment qui soit, un crabe « toc toc », dé­li­cieux crus­ta­cé de man­grove, dont on éclate joyeu­se­ment la ca­ra­pace à l’aide d’un pe­tit pi­lon de bois en contem­plant les ibis rouges s’as­ti­quer le plu­mage…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.