Le grand dau­phin se plaît en baie

La baie du Mont abrite la plus im­por­tante co­lo­nie de grands dau­phins d’Eu­rope.

Tendance Ouest Caen - - NORMANDIE - Nicolas Tho­mas

Pour ob­ser­ver les grands dau­phins en baie du Mont-Saint-Mi­chel, il faut mettre le cap au large, dé­pas­ser la mer­veille et ses eaux peu pro­fondes. Il n’est pas rare de les croi­ser entre Gran­ville et Chau­sey, jouer avec l’étrave des voi­liers pour le plus grand bon­heur de son équi­page. Le grand dau­phin, trois mètres de long pour un adulte, est le mam­mi­fère ma­rin le plus pré­sent en baie du MontSaint-Mi­chel. Sa po­pu­la­tion est es­ti­mée à 500 in­di­vi­dus se­lon l’as­so­cia­tion Al Lark (vers le large en bre­ton) qui de­puis sa base de Can­cale (Ille-et-Vi­laine) les ob­serve ré­gu­liè­re­ment.

La baie c’est aus­si la mer

De la plage de Port­mer, la sil­houette du Mont-SaintMi­chel se dé­tache de l’ho­ri­zon ma­rin. Al Lark a élu do­mi­cile dans cette pe­tite anse au mouillage abri­té si­tuée sur la pointe du Grouin, l’ex­tré­mi­té Ouest de la baie du Mont-Saint-Mi­chel. De­puis 14 ans, l’as­so­cia­tion col­lecte des don­nées sur la po­pu­la- tion des grands dau­phins qui ré­sident à l’an­née dans la baie. Ce n’était pour­tant pas sa vo­ca­tion pre­mière. Al Lark a été créée par Yo­hann Avice, guide na­tu­ra­liste de la baie au Vi­vier- sur- Mer, ca­pi­tale de la my­ti­li­cul­ture. “Il trou­vait dom­mage que per­sonne ne pro­pose des ba­lades en mer”, ex­plique Mor­gane Per­ri, res­pon­sable scien­ti­fique d’Al Lark, ti­tu­laire d’un mas­ter en bio­lo­gie ma­rine. “Il a donc créé cette as­so­cia­tion pour per­mettre un ac­cès à la mer.” Les sor­ties étaient au dé­part dé­diées à l’or­ni­tho­lo­gie, à la pêche et à l’ob­ser­va­tion des ma­rées. “A force de pas­ser du temps en mer, ils croi­saient sou­vent les grands dau­phins et le pu­blic était ra­vi. Très vite, l’as­so­cia­tion s’est spé­cia­li­sée dans l’ob­ser­va­tion de ces mam­mi­fères ma­rins et a com­men­cé à col­lec­ter des don­nées car il n’y en avait au­cune.”

Les res­pon­sables de l’as­so­cia­tion se sont for­més à l’étude des dau­phins au­près d’Océa­no­po­lis, aqua­rium et parc de loi­sirs dé­diés aux océans, à Brest (Fi­nis­tère) afin de per­fec­tion­ner leurs connais­sances et les par­ta­ger avec le grand pu­blic lors des sor­ties. Les mam­mi­fères ma­rins, eux, se dé­placent en pe­tit groupe de 15 à 30 in­di­vi­dus. Se­lon la sai­son, ils sont plus ou moins proches du lit­to­ral. L’hi­ver, ils pré­fèrent le grand large, plus riches en pois­sons, aux eaux moins froides. Et l’été, c’est l’in­verse. Des ob­ser­va­tions qui de­vront être ap­pro­fon­dies grâce aux sui­vis des in­di­vi­dus.

Un grand dau­phin adulte jouant avec un pe­tit dans la baie du Mont-Saint-Mi­chel. En 2017, 2 500 per­sonnes ont em­bar­qué avec Al Lark, pour ob­ser­ver ce type de spec­tacle.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.