“J’aime tra­vailler tôt”

Charles Cha­pron se­ra en fi­nale des Olympiades des mé­tiers dans la ca­té­go­rie bou­lan­ge­rie.

Tendance Ouest Rouen - - LES MÉTIERS DE L’ALIMENTATION -

Charles Cha­pron n’a pas peur de se le­ver tôt. C’est ce qui l’a pous­sé à s’in­ves­tir dans son cur­sus sco­laire pour de­ve­nir bou­lan­ger. “Mon père te­nait une épi­ce­rie et il al­lait cher­cher du pain alors très tôt, j’ai vu com­ment fonc­tion­nait ce mé­tier”. À 18 ans, il est au ly­cée pro­fes­sion­nel Fran­çois Ra­be­lais d’Ifs et vient de com­men­cer son al­ter­nance à la bou­lan­ge­rie Tou­lorge, rue Saint-Jean à Caen. “L’en­tre­prise c’est vrai­ment dif­fé- rent des cours. Peu im­porte ce qu’il se passe, il faut sor­tir les pains, les vien­noi­se­ries. C’est un rythme à te­nir”.

Il est donc le re­pré­sen­tant nor­mand en sec­tion bou­lan­ge­rie pour les Olympiades des mé­tiers qui se dé­roulent à Caen du 28 no­vembre au 1er dé­cembre pro­chain.

Trois jours d’épreuves

“Il va y avoir trois jours d’épreuves consa­crées à la confec­tion de pains, de vien­noi­se­ries et la der­nière consis­te­ra à faire un dé­cor”. Pour être au top le jour J, Charles s’en­traîne avec son coach lors de ses cours au ly­cée. À court terme, le jeune homme a dé­jà pen­sé à son ave­nir. “J’ai­me­rais voya­ger pour dé­cou­vrir ce qui se fait un peu par­tout dans le monde et puis pour­quoi pas, un jour, ou­vrir ma bou­lan- ge­rie”. Un conseil à don­ner à ceux qui veulent se lan­cer dans le mé­tier ? “Bien ré­flé­chir avant parce que c’est un mé­tier dif­fi­cile mais si on est sûr alors il faut y al­ler”.

Charles Cha­pron re­pré­sen­te­ra la sec­tion bou­lan­ge­rie pour la Nor­man­die lors des Olympiades des mé­tiers.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.