Deux voi­tures pour contrô­ler et ver­ba­li­ser le sta­tion­ne­ment

Les vé­hi­cules La­pi émettent leurs pre­mières amendes De­puis jeu­di 18 oc­tobre, les voi­tures à Lec­ture au­to­ma­tique de plaques d’im­ma­tri­cu­la­tion (La­pi) sont of­fi­ciel­le­ment en ser­vice.

Tendance Ouest Rouen - - LA UNE -

Dif­fi­cile dé­sor­mais face à ces ma­chines re­dou­tables de pas­ser entre les mailles du fi­let. Les vé­hi­cules La­pi (Lec­ture au­to­ma­tique de plaques d’im­ma­tri­cu­la­tion) cir­culent dé­sor­mais dans les rues de Rouen et peuvent adres­ser des amendes, les fa­meux for­faits post-sta­tion­ne­ment (FPS). C’est une pre­mière en Nor­man­die. “L’ob­jec­tif est que les au­to­mo­bi­listes adoptent un com­por­te­ment ci­vique”, mar­tèle Ch­ris­tophe Du­boc, l’élu de la ville de Rouen en charge de la po­li­tique de sta­tion­ne­ment, qui se dé­fend d’avoir vou­lu mettre en place des “pompes à fric”. “On a 16 000 places de sta­tion­ne­ment dans Rouen dont 6 000 payantes et chaque jour, 55 000 vé­hi­cules veulent s’y ga­rer”, avance-t-il. À Rouen, seuls 25 % des au­to­mo­bi­listes payent leur sta­tion­ne­ment. Avec ce nou­vel ou­til, l’élu rêve d’at­teindre les 100 % dans l’ave­nir.

Plus d’ef­fi­cience

Les voi­tures La­pi, gé­rées par la so­cié­té pu­blique lo­cale Rouen Nor­man­die sta­tion­ne­ment (RNS), cir- culent à tour de rôle dans la ville. Elles per­mettent de contrô­ler plu­sieurs fois par jour l’in­té­gra­li­té des places payantes, là où les pa­trouilles à pied de­vaient lais­ser de cô­té cer­tains sec­teurs. Concrè­te­ment, la voi­ture scanne les plaques d’im­ma­tri­cu­la­tion et prend en pho­to sous plu­sieurs angles le vé­hi­cule. En­suite, “l’hu­main reste pré­sent”, pré­cise Ch­ris­tine Ram­baud, pré­si­dente de RNS, puisque c’est l’agent qui vé­ri­fie avec les pho­tos s’il faut dres­ser un for­fait post-sta­tion­ne­ment, de 25 eu­ros pour Rouen. “On vé­ri­fie la plaque avec la pho­to, pré­cise Fré­dé­ric, un agent. En­suite, on re­garde le mar­quage au sol et en­fin le pare- brise pour vé­ri­fier qu’il ne s’agit pas d’une per­sonne à mo­bi­li­té ré­duite, par exemple”. La ville de Rouen a ré­cu­pé­ré 4 mil­lions d’eu­ros sur le sta­tion­ne­ment payant en 2017. Si la pro­por­tion de gens qui payent aug­mente, la re­cette pour­rait s’avé­rer bien plus in­té­res­sante.

Les vé­hi­cules La­pi per­met­tront de contrô­ler plu­sieurs fois par jour les 6 000 places de sta­tion­ne­ment payant de la ville.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.