ele­phant ivory dis­guised as choco­late

/l’ivoire d’éléphant déguisé en choco­lat

The Point of You - - TRUTHSERUM / SÉRUMDEVÉRITÉ -

&uVWRP RI­ficLDOV Ln 0DcDR (&KLnD), JUHZ VuVSLcLRuV ZKHn WKHy saw 15 boxes of un­usu­ally heavy choco­late in a set of lug­gage. FuUWKHU Ln­vHVWLJDWLRn EURuJKW D VWDJJHULnJ finG: DIWHU VRDNLnJ Ln warm wa­ter, the choco­late melted away to re­veal 583 ele­phant tusks. Be­tween Septem­ber and De­cem­ber of 2012, more than 90 ivory seals, known as name chops, were found con­cealed in choco­late pack­ag­ing and re­cov­ered from South Africa to Tai­wan. In an­other UHcHnW VHLzuUH, +RnJ .RnJ cuVWRPV RI­ficLDOV IRunG 1,148 LvRUy tusks* dis­guised as tim­ber on a ship from Togo. “Noth­ing shocks me any­more—es­pe­cially at how far peo­ple will go to en­gage in il­le­gal wildlife trade,” said Craw­ford Al­lan, GLUHcWRU RI 75$FF,& 1RUWK $PHULcD. “/ucNLOy, RI­ficLDOV GHWHcWHG WKH ‘cKRcRODWH’ LvRUy EHIRUH WKH WUDI­ficNHUV WuUnHG D SUR­fiW. Un­for­tu­nately, th­ese in­ci­dents are not iso­lated, and trade in il­le­gal wildlife con­tin­ues to be a ma­jor global prob­lem.” More than 30,000 ele­phants are now killed for their tusks an­nu­ally. The cri­sis is fu­eled by a de­mand for il­le­gal ivory—part of wildlife crime trade val­ued be­tween $7.8 bil­lion and $10 bil­lion per year. ::F LV ZRUNLnJ Rn WKH JURunG DnG ZLWK JRvHUnPHnWV DURunG WKH world to halt poach­ing and ad­dress the global de­mand for ivory. *On 6th Au­gust, Hong Kong Cus­toms seized a fur­ther 1,120 ivory tusks, 13 rhino KRUnV DnG fivH SLHcHV RI OHRSDUG VNLn ZHLJKLnJ D cRPELnHG WRWDO RI 2.266 WRnV IURP a 20 foot con­tainer ar­riv­ing from Nige­ria and de­clared as "Red Cam Process Wood". Hong Kong Cus­toms to­day an­nounced the seizure, on 18th July, of 1,148 ivory tusks weigh­ing 2.183 met­ric tonnes. The tusks were de­clared as tim­ber and con­cealed in a con­tainer that ar­rived on a ves­sel from the West African coun­try of Togo.

/Des douaniers de Ma­cao, en Chine, ont été bien sur­pris lorsqu’ils ont dé­cou­vert 15 boîtes de choco­lat ex­cep­tion­nelle­ment lour­des cachées parmi des bagages. Une fouille ap­pro­fondie a per­mis de dé­tecter une marchan­dise tou­jours plus recher­chée: une fois trempé dans de l'eau chaude, le choco­lat, fondu, a laissé en­trevoir pas moins de 583 défenses d'éléphants. En­tre septem­bre et décem­bre 2012, plus de 90 défenses en ivoire ont déjà été dé­cou­vertes, dis­simulées dans des em­bal­lages de bisFuLWV FKRFRODWéV HW UHWURuYéHV HQWUH O'AIULTuH Gu 6uG HW 7DïZDQ. Au cours d’une précé­dente saisie à Hong Kong, les douaniers avaient décelé 1’148 défenses* cachées sous la coque d’un navire en prove­nance du Togo. «Plus rien ne me choque, ni même à quel point les gens peu­vent V’LPSOLTuHU GDQV OH WUD­fiF LOOéJDO G'HVSèFHV VDuYDJHV», D GéFODUé Craw­ford Al­lan, di­recteur de TRAF­FIC en Amérique du Nord. «Heureuse­ment, les douaniers ont pu saisir l'ivoire en 'choco­lat' DYDQW TuH OHV WUD­fiTuDQWV DLHQW UéDOLVé OH PRLQGUH EéQé­fiFH. 0DLV ces in­ci­dents ne sont pas isolés, et le com­merce il­lé­gal d'es­pèces sauvages con­tinue de sévir provo­quant un prob­lème mon­dial ma­jeur.» À l’heure actuelle, on compte plus de 30’000 éléphants tués pour leurs défenses chaque an­née. Cette crise est al­i­men­tée par une forte de­mande en ivoire - une seule par­tie du com­merce il­lé­gal en es­pèces sauvages vaut en­tre 7,8 et 10 mil­liards de dollars par an. Le WWF tra­vaille ac­tive­ment sur le ter­rain aux côtés des gou­verQHPHQWV LQWHUQDWLRQDux SRuU PHWWUH fiQ Du EUDFRQQDJH HW VWRSSHU ce com­merce. *Le 6 août dernier, les au­torités chi­noises ont en­core saisi 1’120 défenses d’ivoire, 13 cornes de rhinocéros et cinq morceaux de peau de léopard, pe­sant en tout 2’266 tonnes et sor­tant d’un grand con­teneur en prove­nance du Nigéria. Cette car­gai­son de­vait ini­tiale­ment trans­porter du bois. La douane de Hong Kong avait an­noncé une saisie, le 18 juil­let dernier, de 1’148 défenses en ivoire pe­sant près de 2’183 tonnes. Ces dernières ont été déclarées comme du bois et dis­simulées dans un cargo provenant du pays ouest-africain du Togo.

Poach­ers go to great lengths in pur­suit of il­le­gal wildlife trade. /Les bra­con­niers se don­nent beau­coup de mal dans le but de pour­suivre le trafic d’es­pèces sauvages.

Newspapers in English

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.