P.-A. Bosse, un Fran­çais en or L. Co­lom­ba­ni, le suc­cès de l’été At­taque contre des mi­li­taires à Le­val­lois-per­ret

L’ath­lète, ori­gi­naire de Nantes, est de­ve­nu cham­pion du monde du 800 mètres lors des Cham­pion­nats du monde d'athlétisme de Londres. A 25 ans, il s'est im­po­sé en 1’44’’67. C’est le 11e titre mon­dial dans l'his­toire de l’athlétisme fran­çais. Avec « La Tress

Toutes les Nouvelles (Rambouillet / Chevreuse) - - Petites Annonces -

Un homme à bord d’une BMW a fau­ché un groupe de mi­li­taires de Sen­ti­nelle, le mer­cre­di 9 août, vers 8 heures, dans une im­passe du cen­tre­ville, non loin du siège de la Di­rec­tion gé­né­rale de la sé­cu­ri­té in­té­rieure. Six sol­dats, qui sor­taient d’un bâ­ti­ment où ils dis­posent d'un lo­cal, ont été bles­sés. Il ont été ad­mis dans les hô­pi­taux mi­li­taires Be­gin et Per­cy. Leur état n'ins­pire plus d'in­quié­tude. Le sus­pect a été ar­rê­té l'après-mi­di, sur l’au­to­route A16 dans le Pas-de-ca­lais, après une course pour­suite, im­pli­quant trois cents po­li­ciers. Il s’agit d’un Al­gé­rien âgé de 36 ans, in­con­nu des ser­vices de ren­sei­gne­ment. Bles­sé au cours de l’in­ter­pel­la­tion, il a été hos­pi­ta­li­sé à Lille. Le par­quet an­ti­ter­ro­riste s'est sai­si de l'en­quête. Une pre­mière per­qui­si­tion a eu lieu dans un ap­par­te­ment de Be­zons (95). Cette sixième at­taque contre des sol­dats de Sen­ti­nelle re­lance le dé­bat sur le main­tien de l’opé­ra­tion.

Com­pa­rer Ato­mic Blonde à un mé­lange entre John Wick et La Taupe pa­raît fa­cile au pre­mier abord. Mais pas si er­ro­né au fi­nal. Outre les cols rou­lés, il em­prunte au pre­mier l’un de ses réa­li­sa­teurs, l’ex-cas­ca­deur John Leitch, et un goût pro­non­cé pour les scènes de com­bat élé­gantes mais qui font mal. Et du se­cond, il prend l’un des ac­teurs (l’in­quié­tant To­by Jones), une his­toire d’agent double et l’am­biance de Guerre Froide. Adap­té du ro­man gra­phique The Col­dest Ci­ty d’an­tho­ny Johns­ton et Sam Hart, le ré­cit nous en­traîne dans le Ber­lin de 1989, pen­dant les quelques jours qui pré­cèdent la chute du cé­lèbre Mur, en même temps que celle du com­mu­nisme. Suite à la mort de l’un de leurs es­pions, les ser­vices se­crets bri­tan­niques en­voient la plus ef­fi­cace de leurs em­ployées : Lor­raine Brough­ton, à qui Char­lize The­ron prête toute sa hargne. Dans la li­gnée de la Fu­rio­sa de Mad Max : Fu­ry Road, l’ac­trice sud-afri­caine ajoute un nou­veau rôle de femme forte à son pal­ma­rès, et s’offre un vé­ri­table mor­ceau de bra­voure sous la forme d’un plan-sé­quence long de dix bonnes mi­nutes, et qui la voit se dé­bar­ras­ser de ses en­ne­mis dans un es­ca­lier, un ap­par­te­ment puis en voi­ture, sans que l’on ne puisse dé­ce­ler la moindre coupe. Vi­suel­le­ment im­pec­cable et ac­com­pa­gné par une bande ori­gi­nale très an­nées 80 (même si les titres sont lan­cés de fa­çon un peu aléa­toire), Ato­mic Blonde sur­prend sur le fond. Mal­gré une com­plexi­fi­ca­tion in­utile de l’in­trigue, le film par­vient à nous in­té­res­ser aux états d’âme des es­pions de l’époque, ti­raillés entre plu­sieurs camps au point de se perdre eux-mêmes. C’est aus­si sur ce plan, qui au­rait ga­gné à être en­core plus dé­ve­lop­pé, que le long-mé­trage se rap­proche de l’ex­cellent La Taupe, dont il se­rait une ver­sion plus pop et di­ver­tis­sante, avec ce qu’il faut de re­bon­dis­se­ments et de sur­prise dans le dé­noue­ment pour nous te­nir cap­ti­vés mal­gré quelques pe­tites lon­gueurs. Après « Fast & Fu­rious 8 », dans le­quel elle a prou­vé qu’elle se­rait une grande mé­chante, Ato­mic Blonde prouve que Char­lize The­ron fe­rait un su­per James Bond. As­sez pour es­pé­rer que ce film soit le dé­but d’une sa­ga d’es­pion­nage.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.