L’éta­la­giste, met­teur en scène

Dé­co­ra­teur de for­ma­tion, l’éta­la­giste met en lu­mière, les pro­duits, les stands ou les ma­ga­sins. Au fait des tendances, il ima­gine dé­cors et si­tua­tions.

Toutes les Nouvelles (Rambouillet / Chevreuse) - - Annonces Petites -

C’est avant tout l’his­toire d’une pas­sion pour beau­coup. Le mé­tier d’éta­la­giste, consiste à mettre en va­leur un pro­duit par­ti­cu­lier au­tour d’un thème choi­si avec les clients. Des idées... Tra­vailler avec de pe­tites bou­tiques ou de grandes en­seignes: pas de las­si­tude dans cette pro­fes­sion. Un mé­tier va­rié qui re­pose sur la créa­ti­vi­té. Les vi­trines doivent pou­voir te­nir plu­sieurs mois par­fois, im­pos­sible donc d’uti­li­ser des pro­duits pé­ris­sables. Il faut ru­ser: entre les mains d’un pro­fes­sion­nel, la crème brû­lée est faite de mas­tic par exemple, les ri­deaux de­viennent robe. ... Et de la ré­flexion Mais tout ne vient pas dans l’ins­tant. Il faut dis­cu­ter long­temps avec les clients, qu’ils soient pro­fes­sion­nels ou par­ti­cu­liers. Dès le pre­mier ren­dez-vous, des idées fusent. On cerne mieux ce qu’ils veulent. Puis vient le mo­ment du brains­tor­ming du dé­co­ra­teur pour trou­ver des mots, thèmes ou am­biances. En­suite, il s’agit d’éta­blir des plans ou des cro­quis pour don­ner vie au pro­jet. L’éta­la­giste doit at­ti­rer l’at­ten­tion des pas­sants, don­ner aux clients l’en­vie d’en­trer pour ache­ter. La for­ma­tion dans le com­merce et le mar­ke­ting sont d’ailleurs une vraie force.

Les vi­trines mises en va­leur par l’éta­la­giste at­tirent plus vite l’oeil des clients.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.