Des Blue­cars pour les agents de Ram­bouillet Ter­ri­toires

De­puis 2013, la com­mu­nau­té d’ag­glo­mé­ra­tion Ram­bouillet Ter­ri­toires met à la dis­po­si­tion de ses agents des Blue­cars, ces vé­hi­cules élec­triques res­pec­tueux de l’en­vi­ron­ne­ment. Et l’ini­tia­tive roule !

Toutes les Nouvelles (Rambouillet / Chevreuse) - - L’actu -

Or­ga­ni­ser un au­to­par­tage de vé­hi­cules 100 % élec­triques, c’est l’ini­tia­tive qu’a lan­cée la com­mu­nau­té d’ag­glo­mé­ra­tion Ram­bouillet Ter­ri­toires en no­vembre 2013, sous l’im­pul­sion de Jean-fré­dé­ric Poisson. Marc Ro­bert, l’ac­tuel pré­sident de la com­mu­nau­té d’ag­glo­mé­ra­tion a sou­te­nu l’ini­tia­tive et la pour­suit.

Ram­bouillet Ter­ri­toires loue cinq voi­tures élec­triques ap­pe­lées « Blue­cars » au groupe Bol­lo­ré, qui se charge éga­le­ment de l’en­tre­tien des vé­hi­cules. C’est sur in­ter­net que les agents de Ram­bouillet Ter­ri­toires ont ac­cès au plan­ning des ré­ser­va­tions des vé­hi­cules qu’ils par­tagent. Ils men­tionnent alors la date, la tranche ho­raire et l’ob­jet de la ré­ser­va­tion. Puis, ils re­çoivent un sms pour leur in­di­quer quand le vé­hi­cule est prêt. Mu­nis d’un badge, les agents peuvent alors ou­vrir le vé­hi­cule. Au­to­par­tage et dé­pla­ce­ments non pol­luants

« Ce sont Mes­dames Le­roy et Oli­vei­ra, les se­cré­taires de di­rec­tion de la com­mu­nau­té d’ag­glo­mé­ra­tion, qui gèrent le sys­tème des ré­ser­va­tions » an­nonce Tho­mas Gour­lan, vice-pré­sident de Ram­bouillet Ter­ri­toires,

« sans elles, ce­la mar­che­rait beau­coup moins bien ».

Les vé­hi­cules sont re­char­gés au siège de Ram­bouillet Ter­ri­toires. Le temps de charge s’élève à huit heures maxi­mum. Les Blue­cars de la com­mu­nau­té d’ag­glo­mé­ra­tion ne peuvent être em­prun­tées par les agents que si leurs bat­te­ries sont su­pé­rieures à 60 %. Les vé­hi­cules ont une au­to­no­mie d’en­vi­ron 150 km.

« Cette li­mite n’est pas gê­nante car nos tra­jets sont suf­fi­sam­ment courts », ex­plique Tho­mas Gour­lan. « La dif­fi­cul­té a sur­tout été d’ap­prendre à par­ta­ger les vé­hi­cules », « mais au bout de six mois, tout le monde avait pris le pli ». confie-t-il, L’éco­lo­gie avant tout « Le but n’était pas de réa­li­ser des éco­no­mies »,

re­con­naît Tho­mas Gour­lan. En ef­fet, l’ini­tia­tive n’a pas per­mis de réa­li­ser de réelles éco­no­mies. Mais, l’em­preinte éco­lo­gique a, elle, été consi­dé­ra­ble­ment ré­duite.

Et l’ini­tia­tive fonc­tionne. « Nous sommes ar­ri­vés à notre rythme de croi­sière »,

« Notre ob­jec­tif est d’être un ter­ri­toire d’ex­pé­ri­men­ta­tion des nou­velles formes de mo­bi­li­té », Tho­mas Gour­lan. af­firme ex­plique Tho­mas Gour­lan. « Nous es­pé­rons que d’autres com­munes s’ins­pi­re­ront de cette ini­tia­tive »,

ajoute-t-il. Du GPS à la ra­dio, la Blue­car offre tout le confort d’une voi­ture nor­male. La dif­fé­rence, c’est qu’elle ne fait pas de bruit et qu’elle ne pol­lue pas.

« Ces vé­hi­cules sont plus ré­ac­tifs que les voi­tures clas­siques au ni­veau de l’ac­cé­lé­ra­tion, de la di­rec­tion et du frei­nage »,

ex­plique Ca­mille Im­bert, 25 ans, guide de l’of­fice de Tou­risme Ram­bouillet Ter­ri­toires, qui uti­lise fré­quem­ment les Blue­cars de la Com­mu­nau­té d’ag­glo­mé­ra­tion. Ca­mille Im­bert re­grette ce­pen­dant les li­mites d’au­to­no­mie du vé­hi­cule élec­trique. « Un jour, j’ai fait un al­ler-re­tour à Ver­sailles et j’ai eu peur pour re­ve­nir ! » « Je n’avais plus que 10 % de bat­te­rie », « il y avait des confie-t-elle alors. conti­nue-t-elle, bornes de re­charge à Ver­sailles mais je ne sa­vais pas com­ment les uti­li­ser car elles étaient dif­fé­rentes de celles de Ram­bouillet ».

« On ne peut pas vrai­ment al­ler au-de­là de 105 km/h, après on dé­colle ! »

« Mais elles sont adap­tées aux routes de notre ter­ri­toire et de notre pé­ri­mètre d’in­ter­ven­tion », Ca­mille Im­bert. s’amuse re­con­naît la guide de l’of­fice de Tou­risme. Ali­zée Mos­co­ni

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.