Cette cher­cheuse tra­vaille sur sa propre ma­la­die

Toutes les Nouvelles (Rambouillet / Chevreuse) - - L'Actu -

« Vous avez sau­vé deux ans

de sa­laire d’un cher­cheur », a sou­li­gné Yves Fou­chet, pré­sident de la fon­da­tion UVSQ, à l’in­ten­tion de son mé­cène, le Cré­dit agri­cole d’ile-de-france.

Une nou­velle gé­né­ra­tion de mo­lé­cules

Jeu­di der­nier, une conven­tion de mé­cé­nat por­tant sur une somme de 130 000 eu­ros a été si­gnée entre les deux en­ti­tés pour fi­nan­cer le pro­jet de re­cherche de Va­lé­rie Ro­bin sur l’amyo­tro­phie spi­nale.

Au­cun trai­te­ment cu­ra­tif n’existe à ce jour pour cette ma­la­die ca­rac­té­ri­sée par une atro­phie des muscles.

« Il s’agit d’une ma­la­die gé­né­tique neu­ro­mus­cu­laire rare, cau­sée par la dé­gé­né­res­cence de mo­to­neu­rones

de la moelle épi­nière », pré­sente Va­lé­rie Ro­bin, elle-même at­teinte par cette ma­la­die, ce qui l’oblige à circuler en fau­teil-rou­lant.

« Elle touche près d’un

nou­veau-né sur 6 000. » 50 % en meurent avant d’avoir at­teint l’âge d’un an, et il n’existe à ce jour au­cun mé­di­ca­ment sur le mar­ché. D’où la né­ces­si­té de faire avan­cer la re­cherche.

La jeune scien­ti­fique fait par­tie de l’équipe bio­thé­ra­pies des ma­la­dies du sys­tème neu­ro­mus­cu­laire de l’uni­ver­si­té de Ver­sailles-saint-quen­tin-en-yve­lines. Cette uni­té, di­ri­gée par Luis Gar­cia, se si­tue dans un la­bo­ra­toire de 1 300 m2 ré­par­ti sur trois étages au coeur du cam­pus des sciences de la san­té Si­mo­ne­veil, à Mon­ti­gny-le-bre­ton­neux.

Un es­poir pour les jeunes pa­tients

« Il n’y a pas d’ho­raires. On peut très bien fi­nir nos jour­nées à 17h30 comme à

23 h ! », ex­plique-t-elle concer­nant le fonc­tion­ne­ment en la­bo­ra­toire.

Cette aide fi­nan­cière per­met­tra à Va­lé­rie Ro­bin de pour­suivre sa re­cherche pré-cli­nique sur une nou­velle gé­né­ra­tion de mo­lé­cules syn­thé­tiques in­no­vantes, re­pré­sen­tant une piste thé­ra­peu­tique très pro­met­teuse.

Son ob­jec­tif est de prévenir les ef­fets né­ga­tifs de la ma­la­die chez les jeunes pa­tients, et leur évi­ter d’en­trer en si­tua­tion de han­di­cap lourd avec perte d’au­to­no­mie.

« Je tra­vaille sur ce pro­jet, qui me tient par­ti­cu­liè­re­ment à coeur, de­puis 2013. C’est très long la re­cherche,

ex­plique-t-elle. Nous sommes d’ailleurs les seuls à tra­vailler avec cette mo­lé­cule. Celle-ci passe la bar­rière hé ma­to en cap ha li que, ce qui per­met une bio­dis­tri­bu­tion to­tale dans tout le corps ».

Si les sou­ris servent pour l’heure de co­bayes, Va­lé­rie ne déses­père pas de pas­ser aux es­sais sur l’homme dans les an­nées à ve­nir. « Des es­sais cli­niques viennent de dé­mar­rer aux

Etats-unis », in­dique la scien­ti­fique, qui suit avec at­ten­tion les re­cherches de ses confrères outre-at­lan­tique.

De son cô­té, la Fon­da­tion UVSQ, qui fête ses cinq ans,

conti­nue d’oeu­vrer « pour dé­ve­lop­per les par­te­na­riats de l’uni­ver­si­té ». « Nous de­vrions at­teindre le mil­lion d’eu­ros de dons très pro­chai­ne­ment », es­père ain­si Yves Fou­chet, son pré­sident.

Va­lé­rie Ro­bin a re­çu un sou­tien fi­nan­cier pour ses tra­vaux sur l’amyo­tro­phie spi­nale, ma­la­die dont elle est ele-même at­teinte.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.