A Mau­re­pas, l’épi­ce­rie de­vrait dé­mar­rer en oc­tobre

Toutes les Nouvelles (Versailles / Saint-Quentin-en-Yvelines) - - Le Dossier De La Semaine - Alexandre Mar­qué

L’epi cas­tel­for­tain ne cesse de faire des pe­tits dans les Yve­lines. Après Guyan­court la se­maine der­nière (lire l’ar­ticle ci-contre), une épi­ce­rie par­ti­ci­pa­tive de­vrait naître à Mau­re­pas cou­rant oc­tobre si le nombre d’adhé­rents est suf­fi­sant. « Nous sommes un noyau d’une petite di­zaine d’ac­tifs. Il en fau­drait 25 », in­dique Em­ma­nuelle Ruiz, pré­si­dente de l’epi voi­là de Mau­re­pas.

« 25 % moins cher qu’un ma­ga­sin bio »

Un pro­jet lan­cé avant l’été à l’ini­tia­tive du col­lec­tif Mau­re­pas en tran­si­tion. « Un des ob­jec­tifs du col­lec­tif est de dé­ve­lop­per la nour­ri­ture saine », ex­plique Em­ma­nuelle Ruiz. Ses membres ont com­men­cé avec des bacs po­ta­gers au square du Beau­for­tin puis main­te­nant avec cette épi­ce­rie par­ti­ci­pa­tive.

En échange de 2h de leur temps, les adhé­rents pour­ront ache­ter en ligne plus de 75 pro­duits (soupes de lé­gumes, fa­rine, ha­ri­cots, qui­noa, miel, confi­tures…), pour la plu­part lo­caux. « Si les pro­duits ne sont pas lo­caux (à moins de 20 km), il faut qu’ils soient équi­tables, pré­cise la res­pon­sable. Le pro­duc­teur fixe les prix. En gros, ce se­ra 20 à 25 % moins cher qu’un ma­ga­sin bio. » Les pro­duits frais se­ront pro­po­sés dans un se­cond temps, une fois un lo­cal pé­renne trou­vé.

Hé­ber­gée pour l’ins­tant dans un res­tau­rant in­dien, le Sha­mim, l’épi­ce­rie se­ra ou­verte trois fois par se­maine le mer­cre­di ma­tin, le ven­dre­di soir et le samedi ma­tin.

A terme, l’epi voi­là es­père réunir une cen­taine de fa­milles.

L’epi voi­là de Mau­re­pas compte pour l’ins­tant une di­zaine de membres ac­tifs (DR).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.