Lampe de lu­mi­no­thé­ra­pie : l’avis d’une na­tu­ro­pathe

Toutes les Nouvelles (Versailles / Saint-Quentin-en-Yvelines) - - L’actu Du Département - N.G.

La lu­mi­no­thé­ra­pie a des ver­tus se­lon Isa­belle Sé­gu­ra-ma­ry, pra­ti­cienne de san­té na­tu­ro­pathe ins­tal­lée au Vé­si­net.

Elle pro­pose ré­gu­liè­re­ment cette forme de pho­to­thé­ra­pie à ses clients. Une lampe de 10 000 lux est ain­si ins­tal­lée dans son ca­bi­net. Les séances n’ex­cèdent ja­mais 20 à 30 mi­nutes.

« Un bon com­plé­ment »

« Les jours com­mencent à rac­cour­cir. Les gens sont de plus en plus en­fer­més. Cette lu­mière ar­ti­fi­cielle, gé­né­rée par des écrans ou des néons, a ten­dance à nous fa­ti­guer davantage », ex­pose-t-elle.

« L’or­ga­nisme sé­crète alors plus de mé­la­to­nine du­rant la jour­née. » Cette aug­men­ta­tion se tra­duit par une baisse de vi­ta­li­té pou­vant en­traî­ner à terme chez les su­jets les plus sen­sibles une dé­pres­sion sai­son­nière, des fa­tigues chro­niques ou des troubles ali­men­taires…

Isa­belle Sé­gu­ra-ma­ry voit la lu­mi­no­thé­ra­pie comme « un bon com­plé­ment » per­met­tant de « re­voir l’hy­giène de vie » des per­sonnes ve­nues la consul­ter, no­tam­ment pour des pro­blèmes d’an­xié­té ou de som­meil.

« Lors d’une pre­mière consul­ta­tion, je pro­pose un bi­lan de vi­ta­li­té, sous la forme d’un ques­tion­naire, pour ci­bler les ca­rences ou sur­charges de la per­sonne », pré­sente-t-elle. Ce qui lui per­met­tra de leur pro­po­ser en­suite un sui­vi per­son­na­li­sé.

■PRA­TIQUE Site web : http://www.na­tu­ro­pa­they­ve­lines.fr

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.