SAINT-RÉ­MY-LÈS-CHE­VREUSE Il passe à ta­bac un jeune pour ven­ger son frère

Toutes les Nouvelles (Versailles / Saint-Quentin-en-Yvelines) - - Faits Di­vers -

Il n’a même pas dai­gné se pré­sen­ter au tri­bu­nal pour as­sis­ter à son pro­cès alors qu’il était pour­tant as­su­jet­ti à un contrôle ju­di­ciaire de­puis les faits.

Gian­ni (19 ans) a été condam­né à 8 mois de pri­son avec sur­sis, le 20 sep­tembre, pour avoir pas­sé à ta­bac un jeune de Saint-ré­my-les-che­vreuse, le 8 juillet der­nier. Phi­lippe*, éga­le­ment ab­sent à l’au­dience, a ob­te­nu 1 600 eu­ros pour son pré­ju­dice.

Tout a com­men­cé le 24 juin, au do­mi­cile de la vic­time. Ce jour-là, Phi­lippe or­ga­nise une pe­tite fête d’an­ni­ver­saire dans le pa­villon fa­mi­lial. Cinq jeunes in­di­vi­dus se pré­sentent à la porte. Ils veulent en­trer. Phi­lippe re­fuse, évi­dem­ment, puisque per­sonne ne les connaît. Le groupe re­brousse che­min mais re­vient peu après, lan­çant des pierres contre les fe­nêtres de l’ha­bi­ta­tion. La gen­dar­me­rie est aler­tée et les fau­teurs de trouble sont in­ter­pel­lés.

Avant de s’in­vi­ter à l’an­ni­ver­saire, ils avaient cam­brio­lé une bou­lan­ge­rie

Les forces de l’ordre ne tardent pas à faire le lien entre cer­tains d’entre eux et le cam­brio­lage d’une bou­lan­ge­rie de la com­mune, sur­ve­nu quelques heures au­pa­ra­vant. Par­mi les au­teurs, il y a le frère de Gian­ni. Ce der­nier rend aus­si­tôt res­pon­sable Phi­lippe des en­nuis de son fran­gin. Et ne va pas tar­der à lui faire sa­voir.

Le 8 juillet, Phi­lippe prend du bon temps avec des amis, tran­quille­ment as­sis dans les tri­bunes d’un stade. Gian­ni, qui ha­bite Ma­gny-les-ha­meaux, est là aus­si. La ten­sion monte. Phi­lippe pré­fère s’éclip­ser dis­crè­te­ment. Mais il a dé­jà été re­pé­ré. Sa fuite est vaine. Il est rat­tra­pé plus loin par des amis de Gian­ni. L’un d’eux lui bloque la tête entre ses jambes. Gian­ni ar­rive à son tour. Et les coups pleuvent. « Un seul », sou­tient Gian­ni dans son au­di­tion. L’exa­men de Phi­lippe par les mé­de­cins dit autre chose. Son cou, sa tête et son corps portent de nom­breuses ec­chy­moses. « Il est sur­tout trau­ma­ti­sé, a sou­li­gné son avo­cat. Il est de­puis sui­vi par un psy­cho­logue et a peur de re­croi­ser son agres­seur. »

Da. G. * Le pré­nom a été chan­gé.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.