PI­LO­TAGE

Je n’en étais pas à mon pre­mier stage moto. Mais là, en tout-ter­rain, avec une 650 BMW de 200 ki­los, sous la hou­lette de “JPG”, je n’avais pas la moindre idée de ce qui m’at­ten­dait.

Trail Adventure - - SOMMAIRE -

OFF-ROAD Une sta­giaire chez Jean-Pierre Goy.

L’hor­loge sonne 9 h. Les sta­giaires doivent se pré­pa­rer à quit­ter le QG de la Goy School pour se rendre sur le ter­rain de jeu. Sans moi pour le mo­ment à cause des bou­chons sur Lyon, mais j’ar­ri­ve­rai pile à temps pour in­té­grer le convoi sur l’une des G650 GS de la mai­son. Tant pis pour le ca­fé. Nous quit­tons ra­pi­de­ment Flé­vieu, dans l’Ain, di­rec­tion une an­cienne car­rière pri­vée dé­vo­lue à la pra­tique du 4x4 trial et ter­rain de ma­noeuvres des pom­piers. Je par­tage cette formation avec quatre aco­lytes dont un Va­rois ex-Pa­ri­sien et un groupe de trois co­pains ve­nus de la Suisse toute proche.

Sur la route, nous en­trons ra­pi­de­ment dans le vif du su­jet en quit­tant le gou­dron pour des che­mins rou­lants, his­toire de s’échauf­fer. Quand une dif­fi­cul­té se pré­sente, pas­sage boueux, rails de che­min de fer ou autres pièges, JPG en pro­fite pour nous ex­pli­quer comment ne pas se ra­mas­ser bê­te­ment. Pour deux d’entre nous, il s’agit d’une pre­mière hors bi­tume avec un trail. Caillou­teux et hu­mide, le che­min ré­clame de l’at­ten­tion. La confiance ne règne pas en­core.

Nous y sommes. Juste le temps d’en­le­ver les épais­seurs, le temps hu­mide nous ayant obli­gés a par­tir avec les com­bi­nai­sons de pluie, et nous voi­là d’at­taque. Pen­dant que JPG place ses cônes, je fais connais­sance avec mes amis du jour afin de dé­tendre l’at­mo­sphère. Le ni­veau gé­né­ral est as­sez ho­mo­gène. Tout le monde pos­sède une so­lide expérience sur le bi­tume. Le but est d’ap­prendre à se ser­vir de sa ma­chine sur des sur­faces moins sûres. Cha­cun a des pro­jets de raid à plus ou moins court terme.

Nicolas, par exemple, pos­sède une GS “mil­le­deux” (c’est du suisse, semble-t-il) et veut ap­prendre

« Le but, c’est d’ap­prendre à rou­ler en confiance, nous a dit JPG, alors on va

com­men­cer par tra­vailler la po­si­tion as­sise, la mo­bi­li­té sur la moto, la po­si­tion

de­bout, le frei­nage, l’ac­cé­lé­ra­tion… »

les bases de la conduite TT pour pa­rer à toute éven­tua­li­té quand il se re­trou­ve­ra au fin fond de l’At­las, sa prochaine des­ti­na­tion. Plus ex­pé­ri­men­té, Serge en est à son troi­sième stage avec JPG, dont un au Ma­roc, et il a dé­jà quelques raids à son ac­tif, no­tam­ment en Aus­tra­lie et en Afrique du Sud, le vei­nard ! Il s’an­non­ce­ra comme le clown de ser­vice toute la jour­née. Bon, au bou­lot. « Le but, c’est d’ap­prendre à rou­ler en confiance, nous a dit JPG, alors on va com­men­cer par tra­vailler la po­si­tion as­sise, la mo­bi­li­té sur la moto, la po­si­tion de­bout, le frei­nage, l’ac­cé­lé­ra­tion… » Et tout ce qui s’en­suit. Il s’agit d’abord d’en­rou­ler gen­ti­ment au­tour des quilles pour se fa­mi­lia­ri­ser avec les ré­ac­tions de la moto sur terre. Nous nous élan­çons à la queue-leu-leu sur le vaste es­pace.

Les plots sont très es­pa­cés les uns des autres.

Après avoir tra­cé de larges courbes pour les contour­ner, nous de­vons res­ser­rer les vi­rages et donc prendre da­van­tage d’angle. Sur ce ter­rain glis­sant, la po­si­tion est dé­ter­mi­nante. Pas d’autre so­lu­tion que de se dé­han­cher sur l’ex­té­rieur de la selle pour vi­rer ef­fi­ca­ce­ment sans perte d’adhé­rence. Mais il n’est pas si fa­cile de se dé­faire des ha­bi­tudes prises sur la route. La mo­bi­li­té sur la moto en pâ­tit. In­las­sa­ble­ment, notre for­ma­teur s’em­ploie à cor­ri­ger les fautes à coups de grands gestes ponc­tués d’in­jonc­tions. Un vrai chef !

Vrai­ment jouis­sif

Les en­chaî­ne­ments se pour­suivent, en­tre­cou­pés de pauses pour souf­fler, boire et tâ­cher d’as­si­mi­ler les ins­truc­tions. Les dis­tances entre les cônes ré­tré­cissent. L’es­pace se ré­duit à une zone plus ac­ci­den­tée. Nous de­vons vi­rer de plus en plus ser­ré. Il y a de grosses pierres à évi­ter, des flaques plus ou moins pro­fondes à fran­chir. Par­fois, em­bar­qué par le poids de la moto sur une faute d’in­at­ten­tion, il faut se ré­soudre à la po­ser. C’est ce que JPG vient de faire d’ailleurs, mais vo­lon­tai­re­ment, avec le pe­tit sou­rire de ce­lui qui est sûr de son ef­fet. Nou­velle pause pé­da­go­gique. La “mille-deux” GS re­pose sur son pare-cy­lindre, cô­té gauche. Comment la re­le­ver ? Il y a plu­sieurs mé­thodes. Em­poi­gner le gui­don d’une main, l’ar­ceau pas­sa­ger de l’autre et y mettre toutes ses forces en est une qui vient spon­ta­né­ment à l’es­prit, mais ce n’est pas la plus in­di­quée. Trop mau­vais pour le dos et il faut être cos­taud. La moins pé­nible consiste à faire la même chose, mais dos à la moto. Ge­noux flé­chis, on chope la moto et on marche à re­cu­lons en se re­le­vant jus­qu’à pou­voir dé­ployer la bé­quille du ta­lon. Tout le monde es­saie, même

« Il me fal­lait ce stage pour ap­prendre à bien me po­si­tion­ner sur la moto. Je sens main­te­nant que je la contrôle mieux » Nicolas

moi, et ça marche. S’agit juste de ne pas re­cu­ler trop loin, si­non on de­vra re­mettre ça de l’autre cô­té. Et sans bé­quille pour le coup. Mo­teur !

On re­prend le bou­lot avec des va­riantes : as­sis, de­bout, en blo­quant l’ar­rière au frei­nage, puis en uti­li­sant le frein avant à la li­mite du dé­cro­chage. En­suite, il faut évi­ter un pneu et le pous­ser avec sa roue ar­rière blo­quée. Je mets un peu de temps pour y par­ve­nir, mais une fois le but at­teint, c’est vrai­ment jouis­sif. Sur­tout avec JPG der­rière qui hurle un « Yes ! » su­per en­cou­ra­geant ! Autre exer­cice, vi­rer en glisse au frein ar­rière. Fa­cile. Au mo­ment d’amor­cer le vi­rage, on pose le pied au ni­veau de la quille en cho­pant si­mul­ta­né­ment le frein ar­rière, la roue ar­rière dé­rape et la moto pi­vote toute seule. En ap­pre­nant à me ser­vir d’une moto de 200 ki­los comme d’un jouet, je m’éclate comme une ga­mine !

En at­ten­dant Bond

La suite se dé­roule sur un ter­rain plus es­car­pé et caillou­teux. Tout le monde a pris de l’as­su­rance, le coach peut mettre la barre plus haut. On a droit à la dé­mons­tra­tion de ce qu’il est pos­sible de faire avec une 1190 KTM les­tée de sa­coches. Grim­per, re­des­cendre, dé­ra­per, sau­ter… Plus rien ne l’ar­rête ! On at­tend sa­ge­ment que Bond ait fi­ni sa prise avant d’en­trer en scène. A nous les or­nières boueuses, les dé­vers et cailloux vi­ce­lards.

On roule concen­tré en tâ­chant d’ap­pli­quer au mieux les consignes. Ce n’est pas tou­jours évident, la fa­tigue com­mence à se faire sen­tir, mais cha­cun a vi­si­ble­ment en­gran­gé du ca­pi­tal confiance quand cette jour­née pleine d’en­sei­gne­ments touche à sa fin. Pour Luc, un peu du­bi­ta­tif sur ses ca­pa­ci­tés à pro­gres­ser en ar­ri­vant le ma­tin même, « tout baigne » . De son cô­té, Sté­phane sait qu’il a fran­chi un cap et en­vi­sage un voyage pré­vu au Ma­roc plus se­rei­ne­ment, main­te­nant qu’il connaît la tech­nique pour vi­rer. Quant à Nicolas, il ad­met que s’il avait es­sayé d’ap­prendre tous seul de son cô­té, il au­rait « tout fait de tra­vers : je viens de la route, je n’ai pas les bons automatismes. Il me fal­lait ce stage pour ap­prendre à bien me po­si­tion­ner sur la moto. Je sens main­te­nant que je la contrôle mieux. »

Le temps se couvre, de gros nuages noirs obs­cur­cissent le ciel, il ne fau­dra pas trop traî­ner si l'on veut ren­trer par le che­min des éco­liers dans de bonnes condi­tions. Vu que cette es­ca­pade ins­truc­tive m’a mise aussi en confiance sur une moto que je ne connais­sais pas, ce se­ra pour moi l’oc­ca­sion de me ti­rer une pe­tite bourre avec Bat­man !

JPG briefe, dé­briefe et bouge beau­coup !

Illus­trée par le maître, la bonne po­si­tion pour vi­rer : on se dé­hanche à l'ex­té­rieur.

Ça ne se passe tou­jours comme on le vou­drait, quand on dé­bute en tout-ter­rain !

MPV était une fan de JPG sans vrai­ment le connaître, il s'en­tendent main­te­nant comme lar­rons en foire.

Ar­ri­vé à Flé­vieu (01), im­pos­sible de se trom­per pour al­ler chez les Goy..

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.