CUL­TURE

BMW R80 G/S

Trail Adventure - - SOMMAIRE -

Il y a trente-cinq ans nais­sait la BMW R80 G/S, par ha­sard.

A l’ori­gine de la G/S, on trouve une poi­gnée de tech­ni­ciens pas­sion­nés cher­chant à sor­tir leur en­tre­prise de la crise.

e fier en­du­riste peut-il se dou­ter qu’il pi­lote là une moto lé­gen­daire ? Evi­dem­ment non. Comment pour­rait-il de­vi­ner la suite de l’his­toire ? Mais au moins sait-il qu’avec cette R80, G/S BMW réus­sit non seule­ment son exa­men de pas­sage dans la ca­té­go­rie trail, mais lui ouvre du même coup de bien plus larges pers­pec­tives ?

Nous sommes en 1980, la 500 XT est donc en passe de prendre un coup de vieux, mais la si­tua­tion de BMW n’est pas au mieux. Les marques ja­po­naises as­phyxient la concur­rence et la fai­blesse du dol­lar pé­na­lise for­te­ment le construc­teur al­le­mand sur son mar­ché ex­port le plus im­por­tant. Le sa­lut vien­dra en grande par­tie de cette R80 G/S.

Son dé­ve­lop­pe­ment n’est pour­tant pas une dé­ci­sion des di­ri­geants de l’époque et n’obéit pas da­van­tage à une idée ve­nue du bu­reau mar­ke­ting. A l’ori­gine de la G/S (avec une barre), on trouve une poi­gnée de tech­ni­ciens pas­sion­nés cher­chant de nou­velles voies pour sor­tir leur en­tre­prise de la crise. La di­rec­tion est toute tra­cée avec le phénomène trail qui connaît un suc­cès consi­dé­rable au­quel le Pa­ris-Da­kar n’est pas étran­ger.

Leur pro­jet se fonde sur l’expérience ac­quise dans les cham­pion­nats d’en­du­ro en ca­té­go­rie + de 750 du­rant toute la dé­cen­nie pré­cé­dente en y as­so­ciant le mo­teur boxer 797 cm3. La 800 G/S inau­gure éga­le­ment la sus­pen­sion ar­rière Mo­no­le­ver qui amoin­drit les pro­blème ren­con­trés jusque-là avec la trans­mis­sion par car­dan — mais sans les gom­mer, ce qui, en Al­le­magne, vau­dra à la G/S le gen­til so­bri­quet de « Gum­mi­kuh » , vache en ca­ou­tchouc. Une ré­fé­rence di­recte au fa­meux ef­fet de pom­page de la sus­pen­sion ren­du plus sen­sible avec un grand dé­bat­te­ment.

En dé­fi­ni­tive, le seul mé­rite de la di­rec­tion de BMW au­ra été de faire confiance au flair de ce pe­tit groupe de col­la­bo­ra­teurs et c’est peut-être en ce­la qu’elle a eu du gé­nie. Voi­là en tout cas qui tord le cou à cette idée re­çue qui veut que les Al­le­mands ne sachent tra­vailler que de fa­çon hy­per struc­tu­rée.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.