BRÈVES

Trek - - ACTU / L’IMAGE DU MONDE -

AU HA­SARD DE MA BI­BLIO­THÈQUE…

End Time Ci­ty, de Mi­chael Acker­man (Nathan/Del­pire, 1999), est plus qu’un livre. C’est un adieu et une nais­sance – et un beau pro­blème pour la suite. Adieu à une vi­sion de l’ailleurs (Steve McCur­ry, les Mi­chaud, les Bal­diz­zone, Eric Val­li, Bru­no Barbey, Da­vid Alan Har­vey, Har­ry Gruyaert…). Nais­sance d’un « je » si puis­sant qu’il met le lec­teur face à lui­même. Ce n’est presque qu’ac­ces­soi­re­ment que ce livre se passe à Bé­na­rès : il se passe sur­tout en lui et en nous. Un pro­blème pour la suite en­fin : car il fixe une norme dans l’his­toire du mé­dium à la me­sure de la­quelle de­vra dé­sor­mais être es­ti­mée toute pho­to­gra­phie construite se­lon des codes plus ou moins si­mi­laires. Dans la va­rié­té des for­mats, dans l’usage du mou­ve­ment, dans l’im­per­fec­tion, dans l’in­ten­si­té de la fu­sion avec le lieu, dans l’ins­tinct et dans l’ur­gence, c’est un re­nou­vel­le­ment ra­di­cal de la pho­to­gra­phie dans l’ailleurs. Ni­co­las Bou­vier avait dé­fri­ché le ter­rain (« c’est le voyage qui vous fait », etc.), mais après Acker­man, il ne de­vrait plus être pos­sible de pro­fé­rer cette af­freuse af­fir­ma­tion se­lon la­quelle on a « fait » un pays ou une ville. On « est dans », ou non, et on voit quelque chose, ou non… Acker­man y est, au­cun doute, et s’il n’a pas « fait » Bé­na­rès, il y a cer­tai­ne­ment fait une oeuvre.

MI­CHAEL ACKER­MAN, END TIME CI­TY, NATHAN/DEL­PIRE, 1999.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.