Du rêve à la réa­li­té

Trucks Mag - - Edito - Fran­cis Reyes, Di­rec­teur de la ré­dac­tion

Re­nault Trucks fait table rase

du pas­sé et re­nou­velle l’en­semble de sa gamme de véhicules. En une seule fois.

Les ca­mio­ne­ros vivent l’en­fer. Qui n’a pas rê­vé un jour de se pré­las­ser sur les plages d’Aca­pul­co ou de conter fleu­rette à sa douce un soir d’été le long de la baie de San­ta Lu­cia ? Pour­tant, le Mexique fait moins rê­ver. Le pays est dé­sor­mais le théâtre san­glant d’une guerre op­po­sant les car­tels de la drogue. Mais si les nar­co­tra­fi­quants font la loi, ils pour­voient de nom­breux em­plois : 468000 au to­tal. En contre­par­tie, ils in­filtrent tous les sec­teurs de l’éco­no­mie, y com­pris le trans­port. Il faut dire qu’in­té­grer « la grande fa­mille » peut rap­por­ter gros. Les car­tels brassent des for­tunes. Entre 25 et 40 mil­liards de dol­lars par an. Quand un ca­mio­ne­ros hon­nête gagne à peine 300 € par mois, un « fau­con » gagne 100 $ de l’heure. Cible pri­vi­lé­giée des po­li­ciers mexi­cains, har­ce­lés par les doua­niers amé­ri­cains et per­sé­cu­tés par les nar­cos, les ca­mio­ne­ros vivent l’en­fer dans ce qui pour­rait être un pa­ra­dis (p. 74). Ma ca­bine au Ca­na­da. « À quoi bon cher­cher ailleurs, tou­jours l’élan de mon coeur, re­vien­dra vers ma ca­bane au Ca­na­da », chan­tait Line Re­naud. En l’oc­cur­rence, c’est d’une ca­bine de ca­mion dont les rou­tiers fran­çais rêvent. Et la porte vers les grands es­paces est peut-être ou­verte. Au Qué­bec, 30000 chauf­feurs pour­raient man­quer à l’ap­pel en 2020 en rai­son d’une po­pu­la­tion vieillis­sante et d’un turn-over im­por­tant. Du coup, les ca­bi­nets de re­cru­te­ment spé­cia­li­sés dé­barquent en Eu­rope. Pour les chauf­feurs qui veulent ten­ter l’aven­ture, les ins­ti­tu­tions ca­na­diennes, fran­çaises et belges ont mon­té des ren­dez-vous ad hoc pour re­cru­ter de la main-d’oeuvre et des conduc­teurs en par­ti­cu­lier. Mais at­ten­tion, tout n’est pas rose (notre dos­sier p. 34) Ce n’est plus l’Ouest qui séduit. Avant, tout le monde vou­lait pas­ser à l’Ouest. Ce n’est plus le cas en Bel­gique, où l’on vit dé­sor­mais à l’heure de l’exode vers l’Est. Et c’est une vé­ri­table ca­tas­trophe pour le TRM d’ou­treQuié­vrain. D’après la FGTB-UBOT (l’Union belge des ou­vriers du trans­port), la fraude to­tale re­pré­sente une manne de cen­taines de mil­lions d’eu­ros. Le syn­di­cat dé­nonce en par­ti­cu­lier les en­tre­prises « boîtes aux lettres » qui par exemple créent des en­ti­tés fic­tives à Bra­ti­sla­va pour faire du dum­ping so­cial en Bel­gique. Se­lon cer­tains conduc­teurs, c’est la pra­tique dans la ma­jo­ri­té des so­cié­tés belges (en­quête p. 40). Re­nault Trucks re­nou­velle sa garde-robe. Et de quelle ma­nière ! Le Lyon­nais fait table rase du pas­sé et re­nou­velle l’en­semble de sa gamme de véhicules. En une seule fois. C’est une pre­mière dans l’his­toire du ca­mion. Pour ce faire, Re­nault Trucks y a mis les moyens. Deux mil­liards d’eu­ros en R&D, 5000 per­sonnes im­pli­quées, dont 50 clients in­ter­na­tio­naux pour la ré­dac­tion du ca­hier des charges. En point d’orgue na­tu­rel­le­ment, le Ma­gnum, em­blème de la marque, que de nom­breux afi­cio­na­dos at­tendent de pied ferme. En avant-pre­mière, Trucks Mag vous pré­sente ce que d’au­cuns consi­dèrent dé­jà comme l’évé­ne­ment phare de l’an­née 2013 (p. 48).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.