VA-T-IL CHAN­GER LA VIE DES CHAUF­FEURS FRAN­ÇAIS ?

Pa­quet ca­deau ou farces et at­trapes ? L’en­semble des textes dis­cu­tés en ce mo­ment entre la Com­mis­sion Eu­ro­péenne, le Par­le­ment et les Etats membres com­porte du bon et du moins bon pour les Fran­çais. Dé­cryp­tage.

Trucks Mag - - Actus - Texte : Marc Fres­soz. Pho­tos : DR.

Bien­tôt la fin du Far West entre conduc­teurs eu­ro­péens ? On sau­ra d’ici quelques mois si on peut rê­ver un peu. Car les grandes manoeuvres vont battre leur plein cet au­tomne au Par­le­ment eu­ro­péen ain­si qu’entre les pays membres. En jeu, la dis­cus­sion du « pa­quet mo­bi­li­té » en­core ap­pe­lé « pa­quet rou­tier ». De quoi s’agit-il ? D’un en­semble de huit ini­tia­tives lé­gis­la­tives axées sur la mo­bi­li­té et qui de­vront être adop­tées d’ici 2019 par l’Eu­rope. On y trouve la pré­pa­ra­tion de nou­velles normes Eu­ro ou l’idée de mo­du­la­tions de péages (en fonc­tion par exemple de la mo­to­ri­sa­tion du vé­hi­cule). Mais le noyau dur concerne avant tout le trans­port rou­tier de mar­chan­dise pour « sti­mu­ler la com­pé­ti­ti­vi­té et ren­for­cer l’équi­té so­ciale ». Avec deux pas­sages obli­gés très sen­sibles : ca­bo­tage et règles de dé­ta­che­ment. Ce der­nier point est le plus urgent. Of­fi­ciel­le­ment, il s’agit pour Bruxelles et les vingt-huit Etats de mettre un peu d’ordre sur les routes et au­to­routes eu­ro­péennes de­puis l’élar­gis­se­ment, à par­tir de 2004, aux pays d’Eu­rope Cen­trale et de l’Est. Com­ment ? En ré­gu­lant mieux la li­bé­ra­li­sa­tion du mar­ché, qu’il n’est pas ques­tion de re­mettre en cause. Car la concur­rence est dans l’ADN des trai­tés eu­ro­péens. Bruxelles n’ayant pas le droit d’im­po­ser à chaque pays des mi­ni­ma so­ciaux, le fos­sé so­cial ne s’est pas vrai­ment ré­duit et ne va pas dis­pa­raître d’un coup. Le dum­ping so­cial entre dif­fé­rents pa­villons est une réa­li­té cruelle. Pour li­mi­ter un peu les dé­gâts, l’Eu­rope veut mettre des règles du jeu équi­tables et « claires ». Et sur­tout les faire res­pec­ter par tous. Voeu pieu ? La Com­mis­sion pro­met monts et mer­veilles grâce no­tam­ment à la nu­mé­ri­sa­tion des do­cu­ments ou à l’adop­tion de ta­chy­graphes in­tel­li­gents. Après ce­la, le pa­villon fran­çais qui a vu ses parts de mar­chés fondre comme neige au so­leil li­mi­te­ra-t-il le mou­ve­ment ?

Des com­pro­mis plu­tôt qu’un grand soir

Avant l’été, Vio­let­ta Bulc, la com­mis­saire eu­ro­péenne char­gée des Trans­ports, a dé­voi­lé les pro­po­si­tions éla­bo­rées avec ses ser­vices. Au Par­le­ment main­te­nant de se pro­non­cer, alors qu’en pa­ral­lèle, les Etats mènent des pa­labres entre eux ain­si qu’avec la Com­mis­sion. La na­tio­na­li­té de la com­mis­saire Bulc, qui re­pré­sente la Slo­vé­nie, en dit long. Ce­la an­nonce des com­pro­mis plu­tôt qu’un grand soir. Son pays est à la char­nière des pays oc­ci­den­taux fon­da­teurs de l’Union Eu­ro­péenne et ceux qui ont ral­lié l’Eu­rope après la chute de l’ex-URSS. C’est dire que Bulc se trouve à che­val entre deux groupes. D’un cô­té la France qui, sous le pré­cé­dent quin­quen­nat, a fé­dé­ré plu­sieurs pays à tra­vers l’Al­liance du rou­tier (Al­le­magne, Be­ne­lux, Ita­lie, Scan­di­na­vie, etc). Avec l’Al­le­magne, elle a im­po­sé que chaque conduc­teur étran­ger, lors­qu’il ca­bote sur son ter­ri­toire, soit payé au SMIC par son em­ployeur. Une me­sure plus sym­bo­lique qu’ef­fec­tive, mais qui a ser­vi à créer un rap­port de force. De leur cô­té, les nou­veaux pays, re­grou­pés dans le groupe de Vi­she­grad, dé­fendent une ex­ten­sion des règles ac­tuelles. En somme, à tra­vers l’ave­nir du TRM, ce sont deux concep­tions de l’Eu­rope qui s’af­frontent. Au fi­nal, sa co­hé­sion et l’adhé­sion de ses ci­toyens sont en jeu.

A tra­vers l’ave­nir du TRM, ce sont deux concep­tions de l’Eu­rope qui s’af­frontent.

Vio­let­ta Bulc

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.