Ré­tro

Dé­ci­dé­ment, aux USA, l’Ouest ne res­semble pas à l’Est. Pour sché­ma­ti­ser, nous avons d’un cô­té, de grandes pistes fa­vo­ri­sant la des­cente et la vitesse, et de l’autre, des sen­tiers tor­tueux plus tech­niques. Le Mon­tare de Ga­ry Fi­sher vient faire la jonc­tion

Vélo Tout Terrain - - SOMMAIRE - Texte et pho­tos : ©24Pouces - Gé­né­ra­tion Moun­tain Bike

Que l’on soit du cô­té so­leil cou­chant ou so­leil le­vant, les géo­mé­tries des VTT amé­ri­cains se­ront tou­jours dif­fé­rentes, la faute aux ter­rains sur les­quels ils évo­luent. Et les Fi­sher, en pur pro­duit ca­li­for­nien, pri­vi­lé­gie­ront donc la sta­bi­li­té à la ma­nia­bi­li­té. Mais les choses ne sont bien sûr pas aus­si simples et ca­ri­ca­tu­rales. C’est après une vi­rée du cô­té des ro­chers de Moab dans l’Utah, que naî­tra ce Fi­sher pas comme les autres. Nous sommes en 1989 et lors d’un test de ses vé­los pour un ma­ga­zine, Ga­ry Fi­sher se­ra fas­ci­né par la dex­té­ri­té et la tech­nique de son ami jour­na­liste Hank Bar­low sur les por­tions tria­li­santes. Ga­ry dé­ci­de­ra alors de réa­li­ser un vé­lo per­met­tant à n’im­porte quel vé­té­tiste de se jouer des ter­rains tech­niques avec la même fa­ci­li­té que celle de son pote. Coup de fil im­mé­diat à son de­si­gner. Nous re­trou­vons Bill Ste­ven­son, qui n’oeuvre pas en­core pour Al­pi­nes­tars mais qui, dé­jà, plan­chait sur une géo­mé­trie ul­tra com­pacte et ma­niable. Le fu­tur Mon­tare doit être vif et doit pou­voir tout es­ca­la­der. On re­lève donc les bases pour les rac­cour­cir à 394 mm, soit 25 à 30 mm de moins des di­men­sions clas­siques. Pour lais­ser un bon dé­ga­ge­ment du pneu, on cintre le bas du tube de selle. En­suite, on re­dresse l’angle de di­rec­tion à 72° et on construit le tout en acier Tange spé­ci­fique à Fi­sher. Bien sûr, on re­trouve l’in­évi­table di­rec­tion au standard 1”1/4 Evo­lu­tion ain­si que les énormes bou­dins Fi­sher Fat­trax 2.2. Adepte du cross-coun­try aux jambes épi­lées ou ama­teur de vitesse, le Fi­sher Mon­tare n’est pas pour vous : Ga­ry Fi­sher et Bill Ste­ven­son l’ont pen­sé comme un jouet pour s’amu­ser avec les obs­tacles et pour es­ca­la­der. D’ailleurs, le pre­mier coup de pé­dale est élo­quent : le dé­mar­rage est di­rect, au point de se re­trou­ver en whee­ling ins­tan­ta­né­ment ! Aus­si, le Mon­tare ne se prête pas aux dé­bu­tants car ses ré­ac­tions hy­per vives de­mandent doig­té et tech­nique. Le pi­lo­tage ne se fait pas en tour­nant le gui­don mais en dé­pla­çant son centre de gra­vi­té sur la ma­chine, à la re­cherche du moindre dés­équi­libre et du bon “tou­cher de roue”. Une fois domp­té, le vé­lo grimpe vrai­ment par­tout, per­met­tant des prouesses in­ouïes. Hé­las, la moindre des­cente ra­mène à la dure réa­li­té en re­mé­mo­rant illi­co qu’une géo­mé­trie ma­niable se­ra dif­fi­ci­le­ment stable.

1. et 2. Les bases sont rac­cour­cies à leur maxi­mum. Elles sont re­le­vées pour rap­pro­cher au maxi­mum la roue ar­rière du boî­tier de pé­da­lier et le tube de selle est cin­tré pour amé­lio­rer le dé­ga­ge­ment. Par contre, le dé­railleur avant im­pose une patte bra­sée, comme sur les vé­los de route. On no­te­ra quelques si­mi­li­tudes avec les Al­pi­nes­tar EOS… eux aus­si des­si­nés par Bill Ste­ven­son. 3. L’énorme jeu de di­rec­tion 1”1/4 Evo­lu­tion, in­con­tour­nable sur un Ga­ry Fi­sher.

Ga­ry Fi­sher Mon­tare (1992)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.