Eva­sion : Palm Springs

Vélo Tout Terrain - - SOMMAIRE - Texte : C. Tau­pin, Ch­ris­tophe Mo­re­ra Pho­tos: Brian Plun­kett Aka Sh­red­dy­shots

Il était une fois trois ri­ders d’un autre temps… mais qui en ont en­core sous la pé­dale ! Dis­tri­bu­teur pour la France de la marque Ibis, Ch­ris­tophe Mo­re­ra, pa­tron de la so­cié­té Race Com­pa­ny, a dé­ci­dé, à l’oc­ca­sion du lan­ce­ment du Rip­mo, de convier ses deux amis Ri­chie Schley et Brian Lopes pour un ride sur les trails de La­gu­na Beach.

Ibis, marque amé­ri­caine em­blé­ma­tique, lan­çait, il y a quelques se­maines de ce­la, son nou­veau VTT En­du­ro en 29 pouces, le Rip­mo.

Dis­tri­bu­teur de la marque pour la France, Ch­ris­tophe Mo­re­ra, alias Mo­mo, a pro­fi­té de ce lan­ce­ment et de sa ve­nue aux Etats-Unis pour or­ga­ni­ser un ride sur les trails de La­gu­na Beach avec ses deux potes, Ri­chie Schley et Brian Lopes, ce der­nier rou­lant lui-même pour la marque Ibis. Rien que d’ima­gi­ner ce ride sur les sen­tiers en­so­leillés de La­gu­na Beach avec ces deux lé­gendes du VTT (ils sont tous les deux Hall of Fame du VTT, l’un au Ca­na­da, l’autre aux Etats-Unis) avec qui il a dé­jà par­ta­gé l’af­fiche sur les vi­déos Kran­ked 2 et 3, pro­cure chez Ch­ris­tophe une cer­taine im­pa­tience. « C’était l’oc­ca­sion de faire un truc sym­pa en­semble, ce qui ne nous était pas ar­ri­vés de­puis un bon bout de temps, nos agen­das étant bien rem­plis » et de ras­sem­bler, comme Ri­chie le pos­tait sur sa page Fa­ce­book, « trois grands re­pré­sen­tants in­ter­na­tio­naux du VTT. » Mal­heu­reu­se­ment, les choses ne se sont pas tout à fait pas­sées comme pré­vu !

Quand la poisse s’en mêle !

En ef­fet, quelques jours avant le dé­part en di­rec­tion des Etats-Unis, Ch­ris­tophe chute et se casse quelques côtes ! Pas de quoi ce­pen­dant l’obli­ger à an­nu­ler le voyage même si le rou­lage s’an­non­çait dif­fi­cile avec un strap­ping sur l’en­semble de la cage tho­ra­cique. « En me voyant ar­ri­ver di­mi­nué, Brian et Ri­chie ne se sont pas pri­vés de se mo­quer de moi. Tou­jours com­pa­tis­sants les potes ! » L’autre dé­con­ve­nue est ve­nue de la mé­téo comme le ra­conte Mo­mo. « Aus­si éton­nant que ce­la puisse pa­raître, il pleu­vait sur La­gu­na Beach. Hommes de res­source, nous avons donc dé­ci­dé de nous rendre à Palm Springs à deux heures en­vi­ron de voi­ture. Pour le tra­jet, nous sommes par­tis en voi­ture avec Ri­chie alors que Brian, grand no­made, em­bar­quait dans son van, un su­per cam­per, confort grand luxe. Il a in­ves­ti plus de 80 000 dol­lars pour ce van. Notre équi­page pre­nait donc la route, di­rec­tion le dé­sert de So­no­ra, pour re­joindre la ville qui sert de point de chute aux ha­bi­tants de San Die­go ou de Los An­geles le temps d’un week-end en amou­reux ou de soi­rées de feu. Ah, Palm Springs ! Cette ville, si­tuée au sud de la Ca­li­for­nie, ré­pu­tée pour ses sources ther­males, ses hô­tels haut de gamme, ses soi­rées ro­man­tiques ou fes­tives, son cli­mat chaud dé­ser­tique et ses 330 jours de so­leil par an ! Trai­tez-nous de pois­sards si ce­la vous fait plai­sir, mais nous sommes tom­bés pile poil sur les jours de mau­vais temps. Pluie, froid et orage ont été de la par­tie ! Au­tant dire que pour la réa­li­sa­tion du shoo­ting, on a connu mieux ! Mais ce­la ne nous em­pêche pas d’ef­fec­tuer quelques cli­chés des gi­gan­tesques champs d’éo­liennes qui en­tourent la ville. Il y en a par­tout, c’est im­pres­sion­nant !

Ça y est, nous voi­là ar­ri­vés en ville. Nous pre­nons im­mé­dia­te­ment la di­rec­tion du Ace Hô­tel afin de nous res­tau­rer un peu après le tra­jet et avant d’en­ta­mer notre ride. Nous au­rions pu faire l’al­ler-re­tour dans la jour­née, mais nous sou­hai­tons voir la ville de nuit. Aus­si, ce soir, nous dor­mi­rons ici. C’est éga­le­ment là que nous re­trou­vons Brian Plun­kett, le pho­to­graphe qui va nous ac­com­pa­gner pour im­mor­ta­li­ser ce mo­ment. »

Avec le vent et la pluie, nous sommes conge­lés

« Al­ler, quand il faut y al­ler… nous pre­nons la di­rec­tion des monts San Ja­cin­to, ce mas­sif mon­ta­gneux qui culmine au pic San Ja­cin­to à 3302 mètres. Si vous ve­nez à Palm Springs, c’est un site in­con­tour­nable. L’as­cen­sion peut s’ef­fec­tuer à pied, par le biais d’un très beau sen­tier ou en té­lé­ca­bine. Une fois au som­met on dé­couvre un point de vue ex­cep­tion­nel sur la ville de Palm Springs. C’est tout bon­ne­ment ma­gique. Na­tu­rel­le­ment, pour nous, pas ques­tion de mettre notre VTT dans la ca­bine, c’est à la pé­dale que nous mon­tons. Au­tant vous dire qu’avec mes côtes cas­sées, je n’en mène pas large. Im­pos­sible pour moi de réa­li­ser le moindre saut et chaque ex­ten­sion pro­voque une dou­leur in­tense. Ajou­tée à ce­la la tem­pête de pluie et vent que nous avons tou­chée à mi­che­min, et vous com­pren­drez que ce­la ne fut pas fran­che­ment une par­tie de plai­sir. Seul mo­ment d’émo­tion dans cette as­cen­sion, notre ren­contre, quelques cen­taines de mètres après le dé­part, avec une fa­mille amé­ri­caine dont un des en­fants est ma­lade. Fan de VTT, le ga­min a re­con­nu Brian Lopes. Et c’est avec beau­coup de plai­sir que le mul­tiple cham­pion du monde de 4X a pris quelques mi­nutes pour po­ser à cô­té de lui et ain­si im­mor­ta­li­ser cette ren­contre ! Cet ins­tant de grâce pas­sé, nous re­par­tons en di­rec­tion du som­met. Nous n’avions vrai­ment pas pré­vu ce temps ca­la­mi­teux et nos cou­pe­vents ne font pas le poids contre le vent, la pluie et le froid. Nous sommes conge­lés et l’en­vie de re­brous­ser che­min ef­fleure cer­tains es­prits. Mais Brian, en bon com­pé­ti­teur, ne veut rien lâ­cher, donc nous sui­vons tant bien que mal pour fi­na­le­ment at­teindre le som­met après 1h30 d’ef­fort. A peine le temps d’ad­mi­rer le pa­no­ra­ma sur la ville que de beaux éclairs font leur ap­pa­ri­tion, il ne man­quait plus que ça ! La ques­tion qui nous ta­raude alors est la sui­vante : doit-on pour­suivre notre shoo­ting ou re­des­cendre au plus vite ? Fi­na­le­ment, nous dé­ci­dons de pour­suivre le shoo­ting. Il faut dire que le site se prête par­ti­cu­liè­re­ment aux images dy­na­miques avec un ter­rain agres­sif et ro­cheux dans le­quel le pi­lote doit s’en­ga­ger à 100%. Avec mes côtes cas­sées, je suis à la peine et les deux autres ri­golent bien mais je fais de mon mieux ! Quant à Brian et Ri­chie, res­pec­ti­ve­ment 46 et 48 ans, pas de doute, ils ont de très beaux restes et je ne me lasse pas de les voir évo­luer. C’est tou­jours très im­pres­sion­nant !

Les cli­chés en boîte, nous ne nous éter­ni­sons pas au som­met. Nous ne rê­vons plus que d’une chose, prendre une bonne douche bien chaude afin de se ré­chauf­fer avant de nous of­frir une pe­tite vi­rée Palm Springs by night. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.