Cannondale Jekyll 29

Vélo Tout Terrain - - SOMMAIRE - Texte : Mat­thieu Die­trich - Pho­tos : Jey Pix

Me voi­ci aux com­mandes d’un mo­dèle phare de la marque amé­ri­caine Cannondale, le Jekyll. Je croise ce vé­lo de­puis des an­nées sur les courses d’enduro, et je ne l’ai ja­mais es­sayé. Il a évo­lué de­puis toutes ces an­nées, pas­sant des pe­tites roues en 26’’ pour fi­nir ce jour à chaus­ser les grandes roues 29er, si ten­dance… Ce test se­ra pour moi la dé­cou­verte d’une lé­gende de l’enduro, mais aus­si l’oc­ca­sion de prendre les com­mandes d’un vé­lo qui va très vite. De quoi me prendre pour le co­pain Jé­rôme Clé­mentz, le pi­lote mai­son qui a dé­ve­lop­pé le pro­duit. Au­tant vous dire, tout un pro­gramme ! Je suis content et im­pa­tient de réa­li­ser cet es­sai, il était pré­vu de faire un es­sai “race” au fa­meux Bii­vouac, mais le sort en a dé­ci­dé au­tre­ment.

C’est donc sur le che­min du re­tour, que je prends pro­ces­sion de la bête. Le mo­dèle à l’es­sai est le haut de gamme, donc bien équi­pé, mais sur­tout la nou­veau­té est le dia­mètre des roues : 29 pouces ! Il faut dire que ces his­toires de roues me font sai­gner les tym­pans de­puis plu­sieurs se­maines. Il y a les pros et an­ti grandes roues, donc comme à chaque fois, je vous conseille de vous faire votre avis et de ne pas ren­trer dans des po­lé­miques bien sté­riles. Concer­nant ce Jekyll, la mu­ta­tion 27.5’’ en 29’’ fut sans grands risques puis­qu’il s’agit du même cadre. Les dif­fé­rences se font sur la géo­mé­trie et l’adap­ta­tion aux grandes roues. Nous ver­rons par la suite que ce­la change pour­tant bien le com­por­te­ment du vé­lo.

Une fi­ni­tion soi­gnée, presque par­tout…

Comme à chaque fois, je prends le temps de po­ser le vé­lo et de tour­ner au­tour. Ce Jekyll 1 sort quand même à 6 499 €, ce qui fait un gros bud­get et bien sûr, j’en veux pour mes sous. En le sou­le­vant, je m’aper­çois de suite que ce n’est pas un cham­pion de la lé­gè­re­té : le bé­bé pèse 14,5 kg en taille M, ce qui le fait ren­trer dans la moyenne sur ce type de vé­lo. Le tri­angle avant est en car­bone ain­si que la biel­lette d’amor­tis­seur. Pour la par­tie ar­rière, ça se­ra de l’alu­mi­nium. Suite à mon es­sai, je di­rais que le choix est bon, car la ri­gi­di­té est au ren­dez-vous. La fi­ni­tion est soi­gnée, la pein­ture bi­co­lore le rend sobre, pas de fluo et de pein­ture mate pour ce mo­dèle. Je constate un dé­tail qui me cha­grine de suite, pour des rai­sons va­lables je pense : il n’y a pas de pein­ture au­tour des rou­le­ments bas du tri­angle avant… Bi­zarre, car ce­la donne une im­pres­sion de quelque chose de pas ter­mi­né. Au­tre­ment, le reste est à la hau­teur de la marque, avec un très beau sa­bot de pro­tec­tion en car­bone sous le tube in­fé­rieur, qu’il se­ra dom­mage de rayer. Après plu­sieurs heures de rou­lage, je consta­te­rai que la base ar­rière cô­té chaîne manque de pro­tec­tion et la pein­ture se fe­ra mal­me­ner par les sauts de chaîne, à re­voir donc. Pour les adeptes du bi­don, l’em­pla­ce­ment ré­ser­vé au porte-bi­don est un peu mal pla­cé, obli­geant à avoir une sor­tie la­té­rale, et à un peu se plier pour l’at­tra­per. Mais il a le mé­rite d’être là ! In­té­res­sons-nous à l’équi­pe­ment, sur ce mo­dèle, le re­nard de chez Fox est bien pré­sent : nous avons une Fox 36 Float Fac­to­ry avec la car­touche Grip2, per­met­tant des ré­glages à foi­son, un amor­tis­seur DPX2 Evol avec une com­mande (en­com­brante) au gui­don, per­met­tant un frei­nage hy­drau­lique pour mieux mon­ter. On va re­trou­ver éga­le­ment une tige de selle Fox, mo­dèle Trans­fer en 150 mm de course. La trans­mis­sion est, quant à elle, confiée à Sram avec un groupe 12 vi­tesses X01. Pe­tit bé­mol, le pé­da­lier que j’at­ten­dais en car­bone, est fi­na­le­ment un Sty­lo en alu­mi­nium. Cô­té roues, une va­leur sûre, avec des roues cos­taudes, que sont les Stan’s No Tubes Flow Mk3. Je les ai dé­jà mal­me­nées sur un VTTAE, et elles n’ont pas bou­gé. Pour fi­nir, il va fal­loir frei­ner le tout, et

LE JEKYLL A TRA­VER­SÉ TOUTES LES ÉPOQUES, CELLE DU 26’’ CELLE DU 27.5’’ ET MAIN­TE­NANT CELLE DU 29’’,

ET AVEC TOU­JOURS UN OB­JEC­TIF : LA PER­FOR­MANCE.

avec des Sram Guide RSC, on est sûr d’avoir un sa­cré mor­dant. Pour conve­nir à tout le monde, ce Jekyll 29er est dis­po­nible en quatre tailles. Nous voi­là main­te­nant ar­més pour at­ta­quer.

Orien­ta­tion all-moun­tain

Quand je me suis po­sé la pre­mière fois sur ce Jekyll, j’ai eu un sen­ti­ment mi­ti­gé : le vé­lo me pa­rais­sait long, la roue avant loin de mes bras. Le vé­lo est pour­tant un M, sup­po­sé être adap­té à mon 1m72… mais un es­sai en S au­rait peut-être été mieux. En at­ten­dant, cher­chons l’es­prit… Le poste de pi­lo­tage est un peu en­com­bré à gauche car on re­trouve la ma­nette de l’amor­tis­seur, et elle ne laisse pas beau­coup de place pour la ma­nette de la tige de selle. Je se­rais par­ti­san d’ôter cette pre­mière. Les ré­glages se­ront ceux d’un vé­lo d’enduro, avec une pré­con­trainte de 25% pour cor­res­pondre à mon uti­li­sa­tion. J’ajou­te­rais que la car­touche Grip2 de la Fox 36 offre une telle plage de ré­glages, qu’il est pré­fé­rable de jouer au fil des ki­lo­mètres et ain­si peau­fi­ner pour trou­ver son bon­heur. Ni­veau pneu­ma­tique, je gonfle les Maxxis à 1,2 bar pour mé­lan­ger grip et ren­de­ment. Le ré­chauf­fe­ment cli­ma­tique a du bon, c’est sur du sec et en­core du sec que je vais jouer avec ce Jekyll. Les pre­mières sen­sa­tions en mon­tée donnent un vé­lo qui a un ex­cellent ren­de­ment, une fois l’amor­tis­seur en po­si­tion “firm”. Le Jekyll ac­cé­lère comme un cross-coun­try, mais son poids et ses grandes roues vous calment quand même et de­mandent de sans cesse re­lan­cer. Le vé­lo est bien ri­gide de l’ar­rière, et je com­mence à com­prendre son es­prit au fil des mon­tées. Contrai­re­ment à d’autres vé­los, on peut lais­ser l’amor­tis­seur ou­vert, car ce­la donne du confort sans pé­na­li­ser le ren­de­ment et per­met de gar­der l’ac­croche en mon­tée. Un point im­por­tant sur le Jekyll, c’est son boî­tier de pé­da­lier haut (355 mm) : on ne frotte ja­mais, mais ce­la rend le vé­lo moins joueur en des­cente, on ne gagne pas à tous les coups ! Les som­mets s’en­chaînent, et je suis sur­pris avec ce Jekyll, car il est vrai­ment orien­té all-moun­tain, un peu dé­sta­bi­li­sant car je ne m’at­ten­dais pas à ce­la. Main­te­nant il est temps de re­des­cendre.

Un vé­lo poin­tu

J’ai un peu la boule au ventre, car j’ap­pré­hende, c’est rare, mais je ne sais pas par quoi com­men­cer. Je vais y al­ler tran­quille­ment avec du pro­gres­sif, et l’ave­nir me di­ra que j’avais rai­son. Je com­mence par un peu dé­gon­fler la fourche et à ou­vrir les com­pres­sions pour re­don­ner de la flui­di­té à l’hy­drau­lique. Les pre­miers mètres se­ront… dé­coif­fants. Pas de place pour l’im­pro­vi­sa­tion, le vé­lo de­mande de l’an­ti­ci­pa­tion. Les pas­sages au­tour

LE JEKYLL EST UN VÉ­LO POUR LE COM­PÉ­TI­TEUR QUI AIME SE BATTRE AVEC SON VÉ­LO, RIEN D’ÉTON­NANT ALORS D’AP­PRENDRE QUE JERÔME CLÉ­MENTZ EST DER­RIÈRE SA CONCEP­TION.

des arbres se font en criant, le vé­lo ne se plie pas. Il faut sans cesse le pro­vo­quer, l’em­me­ner. Les sus­pen­sions font le job, mais on ne sent pas les 150 mm de dé­bat­te­ment. Dans le pen­tu, le vé­lo est long et il faut vrai­ment se col­ler sur l’ar­rière pour gar­der le contrôle. Le Jekyll est un vé­lo de cham­pion, il peut al­ler très vite, mais je le trouve éli­tiste dans son com­por­te­ment, il ne vous laisse pas de ré­pit, et il faut sans cesse être vi­gi­lant. Le freins Sram Code font heu­reu­se­ment bien le tra­vail, et vous per­mettent de dé­ra­per et/ou de cal­mer les ar­deurs du vé­lo, car son ter­rain c’est le dé­fon­cé en ligne droite. Là vous al­lez à Mach 2.

Au fil des des­centes, et mal­gré les chan­ge­ments de ré­glages, le Jekyll res­te­ra un vé­lo poin­tu, les roues Stan’s Flow en alu­mi­nium (et heu­reu­se­ment) ne cal­me­ront pas cette ri­gi­di­té. Les sauts de­vront être faits de fa­çon aca­dé­mique car si­non c’est la cor­rec­tion­nelle. Le vé­lo brille­ra par sa sta­bi­li­té plus que par sa ma­nia­bi­li­té. Il est im­por­tant de ra­jou­ter que le Jekyll ne pro­pose pas de ré­glage de géo­mé­trie comme la plu­part des cadres ac­tuels. Il est donc peu mo­di­fiable se­lon le ter­rain ou en­core votre pi­lo­tage. Il fau­dra l’adop­ter ain­si ! J’ai pris du plai­sir avec ce vé­lo après deux- trois sor­ties, car je l’ai cer­né. Il m’a ap­por­té beau­coup de plai­sir en mon­tée avec un ren­de­ment au top, une trans­mis­sion 12 vi­tesses qui vous per­met de grim­per aux arbres. En des­cente, il se­ra une belle arme à chro­no, mais même si on le dompte, il reste un vé­lo sau­vage qu’il fau­dra bien es­sayer avant d’ache­ter.

Le Jekyll en roues 27.5’’ se­ra à mon sens plus po­ly­va­lent sans pour au­tant perdre du ren­de­ment en mon­tée. Il sau­ra de fait cor­res­pondre à une plus large at­tente des uti­li­sa­teurs. Pour fi­nir, at­ten­tion à la taille, qui, en cas de mau­vais choix, vous com­pli­que­ra en­core plus la tâche. ■

6 499 € | 14,5 kg en taille Me­dium sans pé­dales | Dé­bat­te­ment av. : 150 mm ; ar. : 150 mm Pra­tique : com­pé­ti­tion, enduro, mon­tagne

Le mé­lange des ma­nettes sur le cintre n’est pas très glo­rieux au point de de­voir faire un choix : on n’uti­li­se­ra que celle de la tige de selle !

La ci­né­ma­tique a été re­tra­vaillée pour s’adap­ter aux grandes roues, tan­dis que la jonc­tion entre le tri­angle ar­rière et avant a été pen­sée pour ne faire qu’une seule pièce.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.