Les mots et les choses de So­phie Me­cha­ly

De So­phie Me­cha­ly

Vanity Fair (France) - - Sommaire - BÉ­NÉ­DICTE BURGUET

Avec une mère qui s’ha­billait chez Yves Saint Laurent et un père qui di­ri­geait une en­tre­prise de prêt-à-por­ter, tout pré­des­ti­nait (ex-Al­bou) à deSo­phie Me­cha­ly ve­nir sty­liste. À 16  ans, pre­mier stage chez  : Az­ze­dine Alaïa une ré­vé­la­tion. Après son bac, la jeune ‚lle s’ins­crit à l’Ins­ti­tut fran­çais de la mode, puis re­joint la so­cié­té fa­mi­liale jus­qu’à ce que son père dé­cide de se re­ti­rer des a†aires. So­phie, alors 26  ans, lance (les pré­noms de ses deux  ‚ls), un

Paul & Joe la­bel mas­cu­lin. Un pa­ri un peu fou pour la jeune mère de fa­mille qu’elle est à l’époque. Mais le temps lui a don­né rai­son : en 1997, Paul & Joe se met à ha­biller aus­si la femme, puis une pre­mière bou­tique est ou­verte rue Étienne-Mar­cel, à Pa­ris. Les robes ro­man­tiques, l’im­pri­mé Li­ber­ty et les man­teaux en grosse laine di­rec­te­ment ins­pi­rés de l’en­fance tra­di de So­phie car­tonnent. Très vite, la marque se fait une place par­mi les grands en s’ins­tal­lant ave­nue Mon­taigne (2005), puis dé‚le pour la pre­mière fois à Pa­ris (2008). Au­jourd’hui, elle est pré­sente aux États-Unis, en Thaï­lande ou en Rus­sie, et mul­ti­plie les col­la­bo­ra­tions (cette sai­son avec Ma­du­ra, Dis­ney et Bouygues Te­le­com). Nul ne se­ra éton­né d’ap­prendre que la de­vise de cette bat­tante est  : «  Quand on veut, on peut. » —

des dî­ners im­pro­vi­sés.

au cho­co­lat.

ou pas­tel.

Fu­mer.

Un pes­sac- léo­gnan.

d’Ei­leen Gray

deuxième chez- moi.

et de Pierre Ber­gé.

Le temps qu’il fait.

tu­ni­sien de ma mère. Un plat très light

Le cous­cous

fait la chasse au gras et au sel – bour­ré

de lé­gumes, de co­riandre et de rose.

La mousse

Blanc

Ma chambre à cou­cher où je tra­vaille sou­vent

et où on se re­trouve par­fois, le di­manche ma­tin,

avec mes fils pour un petit- dé­jeu­ner au lit.

Une pièce

. J’ai re­dé­cou­vert son tra­vail

lors de la vente du mobilier d’Yves Saint Laurent

Une barre de cé­réales.

L’obs­ti­na­tion.

Quand je veux quelque chose, j’in­siste.

À ne pas confondre avec un ca­price.

Fau­teuil

Chez moi avec mes en­fants

et mes amis qui passent ré­gu­liè­re­ment pour

C’est mon

– mon père

Les montres an­ciennes.

Celle qui évite les bou­chons.

Em­bras­ser mes en­fants.

d’Ei­leen

plai­sir.

bé­bés.

de co­ton

in­croyable.

De­my.

mère

à 26 ans.

Soso.

ligne et la san­té.

Les deux.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.