Le lan­cer de disques , dis­ci­pline mo­nas­tique

Vanity Fair (France) - - Sommaire -

dis­ci­pline mo­nas­tique de son quo­ti­dien semble réus­sir à

Da­mon : fort du suc­cès de son al­bum so­lo Al­barn pa­ru au prin­temps, l’An­glais cos­mo­po­lite se pro­dui­ra le 12 no­vembre sur la scène du Ca­si­no de Pa­ris, mais squatte éga­le­ment l’au­tomne mu­si­cal via une col­la­bo­ra­tion quatre étoiles avec le bat­teur ni­gé­rian

. Com­plices de­puis des an­nées, To­ny Al­len le lea­der de Blur et le dèle de Fe­la Ku­ti avancent main dans la main, et c’est bien Da­mon que l’on en­tend sur Go Back, le pre­mier single ex­trait du for­mi­dable Film of Life de To­ny. Une le­çon d’afro­beat, per­cu­tante et cui­vrée, li­vrée par l’in­ven­teur du genre. De son cô­té, Al­barn aus­si a fait des pe­tits : Palm Trees, de loin le meilleur mor­ceau du der­nier disque de son com­pa­triote

, sent le Blur à plein nez. Bax­ter Du­ry Trou­blée, troublante et voya­geuse, la pop, ces der­niers temps, fait l’école buis­son­nière et abat les murs. Les Fran­çais d’ se sont en­vo­lés pour

Orange Blos­som l’Orient et en re­viennent avec un disque trans­fron­ta­lier dé­jà sa­lué par Ro­bert Plant. Beau par­rain. Mu­si­cien dy­na­mite par na­ture, , né à

Koud­lam Abid­jan, ha­bite entre Mexi­co et Pa­ris et cô­toie l’ar­tiste Cy­prien Gaillard... Son nou­vel al­bum, Be­ni­dorm Dream, pa­raît ac­com­pa­gné d’une poi­gnée de clips et os­cille entre ul­tra­vio­lence et rêve tor­du. Épique, libre, étrange, –ip­pant, ce disque re­quiert la com­plète at­ten­tion de l’au­di­teur. Un poil –am­beur, ce hé­raut am­bi­tieux a beau aŸubler le plus beau mor­ceau du disque, le sim­plis­sime Dri­ving My Own Con­dor at the Night over the Whole Crap, d’un titre gran­di­lo­quent, il en fau­drait plus pour nous dé­tour­ner de la beau­té gran­diose de l’en­semble. Pa­ru le même jour, le nou­vel al­bum tech­noïde de ,

Kele Oke­reke va­leu­reux lea­der de Bloc Par­ty, fait pâle gure à cô­té de l’ava­lanche de puis­sance dont fait montre son col­lègue.

Pour re­po­ser son lobe tem­po­ral après ce voyage so­nore in­tense, il est conseillé de vo­guer du cô­té des , quar­tet

Barr Bro­thers nord-amé­ri­cain dé­li­cat mais am­bi­tieux : leur Slee­ping Ope­ra­tor tient plus de la ca­resse que du coup de poing et diŸuse une cha­leur agréable. Un break mé­ri­té après les claques stro­bo­sco­piques des al­bums sus­men­tion­nés. Sur le che­min de la re­des­cente, on prê­te­ra une oreille aux Vibes du New-Yor­kais . Pro

Theophilus Lon­don duit par Ka­nye West, in­égal mais por­teur d’un très bon titre (Get Me Right), le disque pour­rait faire grand bruit. Autre forme de hype, se jette à l’eau avec

Lulu Gainsbourg un al­bum en­tiè­re­ment si­gné de lui. C’est pop, sexy, et c’est émou­vant de voir un jeune homme s’ébrouer et se dé­bar­ras­ser de l’ombre de son pa­ter­nel avec au­tant de ta­lent. Pas de com­plexe de ce genre du cô­té de l’his­trion , qui ba­lade son an­ti

Ariel Pink folk avec la tran­quilli­té qu’on lui connaît. Par­fois à cô­té de la plaque, il frappe ce coup- ci dans le mille : Pom Pom (sor­tie le

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.