« À 19 ANS, JE VOU­LAIS UN LONG MAN­TEAU COMME BRAN­DO »

Pierce Bros­nan évoque son ad­mi­ra­tion pour l’ac­teur du Der­nier Tan­go à Pa­ris qui fut à l’ori­gine de sa vo­ca­tion.

Vanity Fair (France) - - Fanfare - PRO­POS RE­CUEILLIS PAR CLÉ­LIA CO­HEN

pas peur de lais­ser trans­pa­raître une cer­taine vul­né­ra­bi­li­té. Une fê­lure. C’est ce que j’ai tou­jours es­sayé de re­cher­cher dans mes per­son­nages, jus­qu’au der­nier en date, l’ex-agent de la CIA que j’in­carne dans The No­vem­ber Man.

Mon grand-père, un brave vieil Ir­lan­dais, avait une pas­sion pour Spen­cer Tra­cy. Au dé­part, je ne com­pre­nais pas ce qu’il lui trou­vait. Ce n’est que bien plus tard, en re­voyant ses ”lms, et en par­ti­cu­lier Un homme est pas­sé de John Sturges [sor­ti en 1955], que j’ai com­pris: Tra­cy pos­sé­dait exac­te­ment le même ADN que Bran­do. C’était “un homme, un vrai”, comme on dit, mais il ne crai­gnait pas de dé­voi­ler une cer­taine fra­gi­li­té. Dans les an­nées 1950, quand Tra­cy était au som­met et que Mar­lon Bran­do dé­bu­tait, les hommes étaient cen­sés être cou­lés dans un seul et même bloc de gra­nit. Cha­cun à leur ma­nière, ils ont fait bou­ger ce­la.

À 19ans, je me suis donc ins­crit dans une école de théâtre lon­do­nienne. Le ci­né­ma n’était en­core qu’un doux rêve cli­gno­tant à l’ar­rière de mon cer­veau, je sen­tais qu’il me fal­lait d’abord suivre une for­ma­tion clas­sique. As­sez vite, je me suis re­trou­vé dans une pro­duc­tion de , The Red De­vil Bat­te­ry Si­gn.

Ten­nes­see Williams Ce n’était pas une très bonne pièce, mais sa prose était tout sim­ple­ment mer­veilleuse. Et sur­tout, j’ai eu l’oc­ca­sion de pas­ser du temps avec lui, le grand Ten­nes­see Williams, l’au­teur d’Un tram­way nom­mé Dé­sir, qui avait été si im­por­tant pour Bran­do, jus­te­ment ! On s’est bien en­ten­du, il ap­pré­ciait mon tra­vail et a même écrit une scène ad­di­tion­nelle pour mon rôle. Le soir de la pre­mière, j’ai trou­vé un té­lé­gramme en ren­trant chez moi: “Thank

Je pense qu’il est rai­son­nable de dire que ce soir-là ma vo­ca­tion est née.» —

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.