PA­RIS by NIGHT

Ren­dez-vous au Pa­lais de To­kyo avec Lucas Os­sen­dri­j­ver.

Vanity Fair (France) - - Vanity Case Style - Vir­gi­nie Mou­zat

Quand on est un gosse de la Hol­lande pro­fonde, on n’a qu’un seul rêve : Pa­ris. C’est en tout cas ce­lui qui a très tôt ha­bi­té , di

lucas Os­sen­dri­j­ver rec­teur artistique de la mode mas­cu­line Lan­vin de­puis 2005. Aux Pays-Bas, au dé­but des an­nées 1990, il par­ti­cipe au col­lec­tif Le Cri néer­lan­dais avec d’autres jeunes de­si­gners comme ses com­pa­triotes et

Vik­tor hors­ting rolf snoe­ren (du la­bel Vik­tor & Rolf). En­core un signe de cette en­vie d’autre chose. En 1997, Pa­ris l’ap­pelle en­fin : il re­joint alors les équipes Ken­zo. De 2001 à 2005, il as­siste

pen­dant sa pé­riode Dior he­di sli­mane Homme. Une ex­pé­rience qui au­rait pu trans­for­mer Lucas en aya­tol­lah de l’ul­tra­min­ceur. Or, pas du tout. Ce pas­sion­né de mu­sique élec­tro­nique l’est tout au­tant de cuisine. Il l’af­firme : se re­trou­ver aux four­neaux lui fait un bien fou. Au fi­nal de ses dé­fi­lés, , le di­rec­teur artistique

al­ber el­baz de Lan­vin, sort tou­jours avec lui, deux sil­houettes asy­mé­triques côte à côte, une sorte de par­rai­nage bien­veillant tel­le­ment rare dans la mode. C’est pour Al­ber que Lucas a vou­lu re­joindre Lan­vin. Pa­ris, le Néer­lan­dais en a tel­le­ment rê­vé qu’il l’ar­pente chaque ma­tin lors­qu’il quitte le Xe ar­ron­dis­se­ment pour al­ler au stu­dio, rue du fau­bourg Saint-Ho­no­ré, tou­jours à pied. —

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.